EDITO - Les référendums ne sont pas aussi démocratiques qu’il se dit

Publié à 14h05, le 26 juin 2016 , Modifié à 14h07, le 26 juin 2016

EDITO - Les référendums ne sont pas aussi démocratiques qu’il se dit
Dépouillement dans un bureau de vote grec lors du référendum de 2015. © AFP
Image Olivier Duhamel

Olivier Duhamel

  • Le référendum ou la grosse simplification

Les Grecs l’ont vécu en 2015. Ils ont voulu voter contre les plans de rigueur européens. Siriza, à l’initiative de la consultation, n’a pas respecté le résultat – faute de quoi la Grèce faisait faillite…

  • Le référendum ou l’agrégation des oppositions

Les uns, très à droite, votent contre par réflexe xénophobe ; les autres, très à gauche, votent contre par exigence sociale. Pas grand-chose à voir, mais le même bulletin.

  • Le référendum ou la roulette russe

Le Brexit fait une bonne campagne, il gagne. Une députée pro-européenne est assassinée, la tendance s’inverse. Quelques jours passent, l’effet disparaît… L’avenir de l’Europe suspendu à de telles contingences, de tels hasards…

  • Le référendum ou le vote à l’aveugle

Le nationaliste Farage l’a avoué au lendemain de l’adoption du Brexit. L’allocation des centaines de millions de livres versées chaque semaine à l’Union européenne ne pourrait pas être réutilisée pour le service nationale de santé. C’était "une erreur de campagne" ! Les demandes sur Google : "Qu’est-ce que l’Union européenne ?" battent des records depuis… les lendemains du vote ! Et près de la moitié des sympathisants travaillistes ne savaient pas que leur parti appelait à voter pour rester dans l’Union ! 

De la démocratie, le référendum n’est guère le parangon, bien plus la caricature.

Du rab sur le Lab

PlusPlus