Les réserves de Marine Le Pen sur Les Patriotes, l'association au nom "ringard" de Florian Philippot

Publié à 11h26, le 02 juin 2017 , Modifié à 11h31, le 02 juin 2017

Les réserves de Marine Le Pen sur Les Patriotes, l'association au nom "ringard" de Florian Philippot
© Matthieu Alexandre AFP

La relation entre Marine Le Pen et Florian Philippot ne s’améliore pas. Critiqué en interne, le numéro 2 du Front national savait qu’il serait sur un siège éjectable en cas de déception autour du résultat de la cheffe frontiste, qui n’a obtenu que 34% au second tour de la présidentielle. Or, s’il était jusqu’ici protégé par la présidente du FN en tant que proche conseiller, Florian Philippot suscite de plus en plus ses réserves.

En cause, le lancement de son mouvement Les Patriotes. Et plus particulièrement le "calendrier", que Marine Le Pen trouve "étonnant". Auprès de L’Opinion vendredi 2 juin, elle se montre sceptique :

"

J’ai trouvé que le calendrier était étonnant. Disons que ça aurait pu attendre. Ça crée des incompréhensions. Mais bon, si le top des problèmes d’un parti politique, c’était ça, je signerais tout de suite !

"

Même si Marine Le Pen minimise l’initiative, elle regrette les "incompréhensions" qui découlent du mouvement Les Patriotes, dont elle trouve le nom "ringard".

Certes, Florian Philippot a précisé d’emblée que l’association se situait "au sein du FN" et qu’elle visait à "défendre et porter le message de Marine Le Pen au soir du second tour de l'élection présidentielle". Mais plusieurs cadres ne peuvent pas s’empêcher d'y déceler d'autres ambitions, comme Gilbert Collard qui y voit une "signification égotique". Marine Le Pen elle-même vient donc s’ajouter à la liste des *Patriotes-sceptiques*.

Ces critiques s’ajoutent à des doutes sur le véritable projet de Florian Philippot. Car il n’envisage pas forcément son avenir au Front national. L’eurodéputé a prévenu qu’il quitterait son parti si la sortie de l’euro était abandonnée. "Le débat est toujours préférable au chantage"lui avait répondu, numéro 3 du FN. "Je vais pas forcément rester des années [au Front national]", avait de toute façon prévenu Florian Philippot dès le mois de mars.

Du rab sur le Lab

PlusPlus