L'explication contradictoire de Manuel Valls qui maintient ses propos polémiques sur l'islam

Publié à 13h13, le 26 novembre 2017 , Modifié à 11h20, le 26 décembre 2017

L'explication contradictoire de Manuel Valls qui maintient ses propos polémiques sur l'islam
Manuel Valls © Capture écran

Le 21 novembre dernier, l'ancien Premier ministre Manuel Valls a considéré que la France avait un "problème" non seulement avec l'islamisme et l'intégrisme religieux, mais avec "l'islam" et "les musulmans" tout court. Des propos qui avaient alors provoqué un tollé dans la classe politique.

Invité du Grand Jury RTL / LCI / Le Figaro, ce dimanche 26 novembre, Manuel Valls, député apparenté LREM, est revenu sur cet épisode. Il s'explique :

 

Dans un débat organisé par le journal El Pais, j'ai évoqué les crises identitaires dans chacun des pays. Parler d'un problème de l'islam dans la société, ce n'est pas dire que l'islam ou les musulmans poseraient un problème à cette société. Tous les jours, nous évoquons les questions posées par des prières de rue, des revendications vestimentaires ou alimentaires. Il y a un défi posé à nos sociétés : comment faire que l'islam soit pleinement compatible... [Il est coupé, NDLR] Nous devons aider l'islam et les musulmans à extirper de leur sein, parce que ce n'est pas à l'extérieur de l'islam, l'islamisme qui combat l'islam, qui est responsable des attentats. Critiquer l'islamisme, l'islam politique, l'influence des Frères musulmans, des salafistes, si c'est critiquer tous les musulmans, il n'y a plus de débat. L'islamisme, ça a à voir avec l'islam. Dire que ça n'a rien à voir, c'est déresponsabiliser l'islam. Il a besoin de notre soutien. Si nous voulons créer cet islam des lumières, si nous ne leur répondons pas, c'est l'islam des ténèbres qui va l'emporter.

Lors d'un débat en Espagne, Manuel Valls a évoqué la "crise d'identité" que traversaient selon lui "tous les pays" d'Europe. Il a déclaré ceci : "Tous les pays souffrent d'une crise d'identité, d'identité culturelle. [...] Surgissent dans nos sociétés, par exemple dans la société française, le problème de l'islam, des musulmans. Tout cela nous interroge sur ce que nous sommes." Manuel Valls a fustigé dans la foulée les discours "nationalistes" ou "populistes" qui consistent à désigner des boucs émissaires, à "accuser Madrid, le capitalisme, Bruxelles, Washington, ou accuser les autres, les étrangers et les musulmans".

A la suite de ces propos, même le Front national a critiqué Manuel Valls sur l'expression "problème des musulmans". L'ancien Premier ministre avait alors dénoncé, dès le lendemain dans un tweet, des "polémiques et accusations outrancières" à son sujet.

En octobre 2016 à Évry, ce même Manuel Valls, se montrait beaucoup moins offensif à ce sujet lorsqu'il affirmait, pour rectifier des propos rapportés de François Hollande selon lesquels "il y a un problème avec l'islam" : "L'islam certes rencontre et pose des défis considérables à nos sociétés mais il n'est pas LE problème".



[BONUS TRACK] Fan 2 Macron

A propos de la politique menée par Emmanuel Macron, Manuel Valls déclare ceci :

 

Dans bien des domaines, il fait ce que j'aurais aimé faire.

En juillet dernier, l'ancien Premier ministre était déjà fan du Président, jugeant que ce dernier avait "trouvé la bonne place et la bonne incarnation".

Du rab sur le Lab

PlusPlus