Le mauvais procès fait à l'homme aux côtés de Jean-Marie Le Pen le 1er mai

Publié à 18h56, le 13 mai 2015 , Modifié à 19h07, le 13 mai 2015

Le mauvais procès fait à l'homme aux côtés de Jean-Marie Le Pen le 1er mai
Jean-Marie Le Pen à la tribune le 1er mai 2015. © AFP

Vous vous souvenez du 1er mai *légèrement* agité du Front national? Entre intervention des Femen et attaques de parapluie contre les journalistes, le parti d'extrême droite avait vécu une journée un peu particulière. Le tout couronné par l'incruste de Jean-Marie Le Pen sur la tribune de sa fille. Un homme accompagnait alors le fondateur du FN. Mais contrairement aux apparences, il n'a pas aidé le "Menhir" à monter sur scène.

Dans l'Express du 13 mai, Jean-Michel Dubois, membre du bureau politique, dément être à l'origine de l'incursion de Jean-Marie Le Pen. Il dénonce une "mauvaise interprétation" de sa présence et explique :

"

Je suis celui qui a eu le courage d'aller chercher Jean-Marie Le Pen et c'est pour ma pomme. [...] Certains, au FN, ont pensé que c'était un soutien de ma part. Mais je ne l'ai pas monté sur la scène, je l'ai descendu !

"

Il rajoute même :

"

Sans moi, il serait resté dix ou quinze minutes...

"

Jean-Michel Dubois est donc intervenu pour limiter la casse et éviter que "le vieux chanteur qui a du mal à partir" selon Florian Philippot ne crée plus de remous. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus