L'intox de Bruno Retailleau pour démontrer que François Fillon n'est pas un justiciable comme les autres

Publié à 10h10, le 02 mars 2017 , Modifié à 12h18, le 02 mars 2017

L'intox de Bruno Retailleau pour démontrer que François Fillon n'est pas un justiciable comme les autres
© DR

Ce n'est même plus une petite musiquemais plus vraisemblablement une fanfare qui tente de jouer les proches de François Fillon : le candidat LR n'est pas traité comme n'importe quel autre justiciable, ce qui tend à prouver que dans cette affaire, il y a un acharnement des juges et des médias contre le candidat de Les Républicains à l'élection présidentielle.

Pour les soutiens de François Fillon, les preuves s'accumulent. Invité de RTL ce jeudi 2 mars, Bruno Retailleau multiplie les allusions et affirme que son poulain est "victime d'un deux poids, deux mesures". "Il ne se considère pas au-dessus de la loi mais il ne veut pas être en-dessous de la loi", explique le président des Pays de Loire avant de prendre un exemple concret qui montre, selon lui, que les juges sont partiaux :

 

"

Nous assumons le fait de pouvoir contester une procédure qui nous apparaît anormalement rapide et qui présente de graves défauts. Ce n'est pas seulement François Fillon qui le dit mais de grands constitutionnalistes, des grands conseillers d'État, des grands juristes. Il y a quand même un vrai problème puisqu'on a souhaité purger ces éléments de droit et les juges nous ont refusé de saisir la chambre de l'instruction. C'est grave. Il fallait purger ces éléments de droit.

"

Ha bah très bien : les juges empêchent donc François Fillon de saisir la chambre d'instruction pour faire valoir ses droits ?

Pour rappel, la chambre d'instruction est essentiellement chargée de statuer sur les appels contre les décisions des juges d'instruction. Sauf que comme l'a noté LibéDésintox, il est un tout petit normal que François Fillon n'ait pas pu saisir la chambre d'instruction. Celle-ci ne peut être saisie que par la partie civile ou la personne mise en examen.

Ce que confirme auprès du Lab un spécialiste de la procédure pénale expliquant que tant qu'une personne n'est pas mise en examen, elle ne peut pas saisir la chambre d'instruction. Or, comme François Fillon l'a lui-même expliqué mercredi, il n'est pas encore mis en examen mais le sera très vraisemblablement à l'issue de sa convocation devant les juges d'instruction fixée au 15 mars.

Voilà.

C'était le cours de droit du Lab. Bonne journée. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus