LREM minimise le revers des sénatoriales : "il y a eu une réaction de caste"

Publié à 07h00, le 25 septembre 2017 , Modifié à 07h00, le 25 septembre 2017

LREM minimise le revers des sénatoriales : "il y a eu une réaction de caste"
© Giphy

Ce n'est pas la Bérézina mais tout de même. Après avoir espéré obtenir une soixantaine d'élus à la Chambre haute puis sérieusement réduit ses objectifs, La République en marche ne peut que constater l'échec : les sénatoriales du 24 septembre sont un premier revers infligé au parti d'Emmanuel Macron.

Pour autant, dans les rangs LREM, on essaye de regarder le verre à moitié plein. Tout cela, c'est de la faute du mode de scrutin et puis, ce sera vite oublié, avait déjà fait savoir François Patriat, dès dimanche soir, sur Public Sénat. D'autres mots sont plus durs, comme ceux de Sacha Houlié, vice-président de l'Assemblée nationale. Cité par Le Figaro ce lundi 25 septembre, il vise les autres, l'ancien monde :

Il y a eu une réaction de caste d'une partie des élus en place qui ont réagi par conservatisme, c'est dommage. Mais entre gagner le Sénat et transformer le pays, nous avons fait un choix politique.

 

Bariza Khiari, ancienne sénatrice et membre de la direction provisoire de La République en marche, est du même avis. "Ici, pour le moment, ce qui se passe, c'est finalement le dernier sursaut du monde ancien. Parce que les citoyens veulent cette recomposition, elle n'est pas terminée", dit-elle, également citée par Le Figaro.

Le mode de scrutin ne favorisait guère LREM puisque les grands électeurs étaient, pour beaucoup, issus des élections municipales de 2014, élections dominées par la droite à une époque où le parti créé par Emmanuel Macron n'existait pas.

C'est exactement le constat que fait un membre du gouvernement auprès du quotidien de droite. "Les sénatoriales sont un scrutin rigide, déterminé par des variables locales fortes. On est sur la base des grands électeurs de 2014 ou 2015, donc loin du cycle électoral récent."

Du coup, espère-t-on chez les macronistes, ça ira mieux en 2020. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus