Macron veut clarifier le statut de première dame et assure que, lui Président, sa femme aura un rôle sans être rémunérée

Publié à 10h56, le 03 mars 2017 , Modifié à 11h24, le 03 mars 2017

Macron veut clarifier le statut de première dame et assure que, lui Président, sa femme aura un rôle sans être rémunérée
© JF Monnier / AFP

Quelle place pour la première dame ou le premier homme à l’Elysée ? La question se pose régulièrement face aux mœurs des derniers Présidents en exercice. Que ferait Emmanuel Macron s’il est élu chef de l’Etat début mai, lui dont la femme Brigitte occupe un rôle important à ses côtés ? Invité de la matinale de RTL, le candidat à la présidentielle donne sa vision du rôle de sa femme première dame. Il explique :   

"

Un rôle officiel, ça dépend comment on l’entend. Elle aura le rôle qu’elle a toujours eu auprès de moi. Pour être clair, elle m’a toujours accompagné parce que c’est mon équilibre de vie. Elle n’a jamais été rémunérée par la République, de près ou de loin. Elle ne sera pas rémunérée par la République. Après je me méfie du terme 'rôle officiel' qui n’est pas avoir 'une fonction officielle rémunérée'. Elle aura un rôle et elle ne sera pas cachée parce qu’elle partage ma vie, parce que son avis m’est important et que la fonction présidentielle emporte quelque chose qui a une dimension personnelle.

Ça fait des décennies en France qu’on tourne autour de cette question du statut de la première dame ou du premier homme qui accompagne celui ou celle qui est élu. C’est important de le clarifier. Sinon on se retrouve dans des pratiques d’entre-deux, de dissimulation, qui sont impossibles à vivre pour le ou la personne intéressée. Et puis qui sont une forme d’hypocrisie.

"

Depuis l'accession de François Mitterrand à l'Elysée en 1981, la question du rôle de première dame est posée. Militante comme Danielle Mitterrand ? Plutôt discrète comme comme Bernadette Chirac ? Et puis surtout, il y a eu Cécilia Sarkozy, Carla Sarkozy et enfin Valérie Trierweiler. Dès l'élection de son compagnon François Hollande  jusqu'à la fin de leur relation, son statut a été une épine dans le pied présidentiel. Les interrogations autour du statut, de la nécessité de la doter d'un secrétariat, bureau ou assistantes n'ont jamais trouvé de réponse.

Bref, il y urgence. Et pour Emmanuel Macron, qui met sa femme et le couple qu'il forme avec elle souvent en avant, il faut une clarification rapide. Une chose est certaine, elle sera présente à ses côtés, part "non négociable" de son existence (même si elle commet parfois des bourdes) comme il le répète à l'envi. À l'instar de Cécilia Sarkozy pendant la campagne de 2007, celle-ci le conseille beaucoup. Même si, dans l'ouvrage à paraître chez Fayard Les Macron, on apprend qu'elle a trouvé que Carla Bruni avait été une excellente première dame.      

Du rab sur le Lab

PlusPlus