Malgré le vote d'un chat, les responsables d’EELV minimisent les risques de fraudes à la primaire

Publié à 20h30, le 17 octobre 2016 , Modifié à 20h30, le 17 octobre 2016

Malgré le vote d'un chat, les responsables d’EELV minimisent les risques de fraudes à la primaire
© AFP

#LOLCAT Les résultats du premier tour de la primaire d’EELV seront connus mercredi 19 octobre en fin de journée. En attendant, ce lundi 17 octobre est le dernier jour pour pouvoir voter au scrutin, à condition d’avoir au moins 16 ans, de résider sur le territoire français, de donner 5 euros et de signer une charte des valeurs de l’écologie. Comme le rapporte Le Monde, aucune preuve d’identité n’est demandée aux votants. Une journaliste du quotidien a ainsi pu faire voter… son chat, "Gaston Lecat". Quelques jours plus tôt, déjà, BuzzFeed News avait pu faire voter deux électeurs fictifs. Simple comme plusieurs clics.

Des conditions d’inscription souples pour le moins étranges. Pourtant, les dirigeants écologistes ont tenté de minimiser ce lundi les risques de fraude à la primaire. Voilà ce qu’explique le porte-parole d’EELV Julien Bayou auprès de Public Sénat :

 

 

"

On sécurise le vote par correspondance. Il faut d’abord avoir un email, une adresse physique puis une carte bleue ou un chéquier. On vérifie qu’il n’y ait pas trop de personnes à la même adresse, ou qui portent le même nom ou qui font trop d’adhésions avec la même carte bleue (…) Il peut y avoir ici et là des petits trucs drôles mais il ne peut pas y avoir de fraudes à grande ampleur possibles.

"

Pas de "fraudes à grande ampleur" donc selon le responsable écologiste, mais tout de même un risque de fraudes de moindre ampleur, reconnait-il. C’est d’ailleurs ce que confirme le secrétaire national d’EELV, David Cormand, auprès du Scan du Figaro. Il déclare :

 

 

"

C’est vrai qu’avec le vote par correspondance, on peut toujours contourner les règles. Mais ça ne concerne quasiment personne, 90 % des personnes ont un seul compte bancaire.

"

Le doute existe donc sur une petite partie des 17 000 électeurs inscrits, même si David Cormand précise qu’un contrôle "en aval" est effectué sur les noms, vérifiés au préalable avec toute la difficulté de l’exercice. Sur LCP, le responsable écologiste a relativisé la possibilité d’une fraude massive. "On ne peut pas s’inscrire plus de deux fois avec une même carte bleue et on ne peut pas recevoir plus de 4 bulletins de vote à une même adresse. Cela correspond à extrêmement peu de monde, on a vérifié ça lorsqu’on a eu toutes les inscription", indique-t-il.

Circulez, donc, il n’y a rien à voir. Même si Julien Bayou précise qu’une même carte bleue peut potentiellement inscrire 4 personnes, 2 de plus que ce qu‘évoque David Cormand. Et même si une fraude de faible ampleur pourrait jouer un rôle non négligeable en cas de résultat serré entre les quatre candidats, Karima Delli, Cécile Duflot, Yannick Jadot et Michèle Rivasi.

 

[BONUS TRACK] "Les chats n’ont pas de carte bleue"

Pour David Cormand, le vote de "Gaston Lecat" ne remet pas en cause la légitimité du scrutin. "Le chat, Gaston Lecat je crois qu’il s’appelle, n’a pas réglé son inscription avec sa carte bleue. Parce que les chats n’ont pas de carte bleue",  explique-t-il à LCP.

Du rab sur le Lab

PlusPlus