Marisol Touraine réclame des preuves d'amour du Front de gauche

Publié à 11h51, le 09 novembre 2012 , Modifié à 12h01, le 09 novembre 2012

Marisol Touraine réclame des preuves d'amour du Front de gauche

Climat tendu entre le Parti socialiste et ses alliés. Au lendemain du rejet par le PCF de deux textes importants au Sénat, la ministre des Affaires sociales exige, sur LCI, "des preuves d'amour".  

Alors que le PS et le Front de gauche sont en pleine crise de couple, Marisol Touraine regrette que les élus communistes n'affichent pas une plus grande solidarité avec le gouvernement : 

"

Je regrette qu'ils ne s'expriment pas de manière plus solidaire et qu'ils ne s'engagent pas de manière plus cohérente avec le gouvernement. Nous avons des politiques à construire ensemble.

"

Communistes et socialistes seraient au bord de la séparation ? La ministre en charge de défendre les textes liés au financement de la sécurité sociale compare la relation des socialistes et des communistes à celle d'un couple :  

"

C'est un peu comme en amour, il n'y a pas que l'amour, il y les preuves d'amour, des déclarations d'amour, à un moment il faudra des preuves de solidarité gouvernementale.

"

Après leurs votes négatifs au Sénat contre une proposition de loi socialiste sur l'énergie et la programmation budgétaire 2012-2017, les élus du Front de gauche sont-ils dans l'opposition ? Non, répondent de concert les parlementaires communistes comme la ministre, sur LCI : 

"

Je ne crois pas que le Front de gauche soit dans l'opposition. 

(...) 

Je souhaite que le Front de gauche revienne à une politique de solidarité et de soutien. 

"

Mais Marisol Touraine poursuit par un gros mot pour l'aile gauche de la gauche : la social-démocratie. Si elle déclare ne pas partager forcement l'expression, elle réaffirme assumer "la politique réformiste" du gouvernement". "C'est la marque de fabrique de François Hollande, c'est sur ces éléments qu'il a été élu." 

Jeudi soir, Jean-Marc Ayrault avait reçu des parlementaires communistes, afin d'apaiser le climat avec le Front de gauche. En fin de rencontre, le secrétaire national du PCF et sénateur, Pierre Laurent, a assuré que les parlementaires communistes continueraient à défendre leurs points de vue mais nie se trouver dans l'opposition. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus