Martine Aubry va lancer un grand appel politique pour réparer la gauche et préparer l’avenir

Publié à 17h37, le 08 juin 2016 , Modifié à 17h39, le 08 juin 2016

Martine Aubry va lancer un grand appel politique pour réparer la gauche et préparer l’avenir
François Lamy et Martine Aubry. © AFP

On a parfois un tout petit peu l’impression qu’à gauche, on a peur de rater sa vie si on ne crée pas son mouvement avant 2017. Il y a eu Hé oh la gauche lancé par Stéphane Le Foll, la Belle alliance populaire de Jean-Christophe Cambadélis, puis Du progrès en plus de Bruno Le Roux et enfin La France est belle de Manuel Valls - quatre mouvements qui vont fusionner le 2 juillet lors d’un grand meeting commun - sans oublier En Marche d’Emmanuel Macron.

La semaine prochaine, ce sera au tour de Martine Aubry de lancer "un grand appel politique", comme le révèle Libération le mercredi 8 juin. La maire de Lille ambitionnerait, selon le quotidien, de "réparer la gauche et préparer l’avenir".

Parmi les signataires du texte, on retrouve François Lamy et Jean-Marc Germain, aubrystes de la première heure. Dans la liste des "éventuels participants", toujours selon le quotidien, des députés socialistes, écologistes comme Cécile Duflot ou encore des chercheurs, des syndicalistes et des intellectuels comme Daniel Cohn-Bendit. L’ancienne garde des Sceaux Christiane Taubira pourrait également en faire partie.

"Ce n’est pas une chapelle ou une écurie présidentielle de plus", se défend pourtant le député de l’Essonne François Lamy auprès de Libération.

A noter également que, dans le Nord, les aubrystes envisagent de créer une association, Réussir 59, en concurrence directe avec la fédération PS, selon le Canard enchaîné du 8 juin.

Martine Aubry organisera sa propre université d’été les 23 et 24 août à Montpellier. Juste après la Fête de la Rose d’Arnaud Montebourg. Mais contrairement à l’ex-ministre du Redressement productif, qui hésite à se porter candidat à la prochaine présidentielle, Martine Aubry n’entend pas se présenter, mais plutôt de préparer l’après-2017.

Du rab sur le Lab

PlusPlus