Matignon assure qu'Emmanuel Macron "s'est autorecadré tout seul" sur la déchéance de nationalité

Publié à 07h52, le 11 février 2016 , Modifié à 08h39, le 11 février 2016

Matignon assure qu'Emmanuel Macron "s'est autorecadré tout seul" sur la déchéance de nationalité
Emmanuel Macron réalisant soudain qu'il va bien falloir qu'il "s'autorecadre" un petit peu © PATRICK KOVARIK / AFP

C'est nouveau, ça vient de sortir. On connaissait les "recadrages", les soufflantes et autres explications de texte de la part de l'Élysée ou Matignon lorsqu'un ministre va un peu trop loin dans ses déclarations publiques - le quinquennat de François Hollande aura été particulièrement riche en la matière. On connaissait moins "l'autorecadrage". Et pourtant. 

Et pourtant, cela existe. C'est à cet exercice d'un genre nouveau que se serait livré Emmanuel Macron mercredi 10 février après sa sortie polémique sur la déchéance de nationalité la veille, à en croire Matignon. Après avoir confié son "inconfort philosophique" vis-à-vis de cette mesure en plein débat sur la réforme constitutionnelle à l'Assemblée nationale, le ministre de l'Économie a largement tempéré ses propos quelques heures plus tard, expliquant : "Mon souhait le plus profond c'est que cette réforme puisse se faire comme le président de la République l'a voulu."

Alors, le jeune ministre, habitué des déclarations qui mettent le bazar, a-t-il subi les foudres de l'exécutif ? Les services du Premier ministre vous prient de croire que non. Cité par Le Parisien (article payant) jeudi 11 février, "Matignon" explique en effet :

 

"

Emmanuel Macron s'est autorecadré tout seul. Il est capable de comprendre qu'il y a des expressions qui ne sont pas utiles. 

 

"

Voilà qui est original. 

Dans le même temps, le quotidien assure qu'après les propos du ministre de l'Économie, Manuel Valls n'a "pas rat[é] l'occasion de  passer un savon à ce ministre qui a le don de l'exaspérer", mais aussi qu'"en marge du conseil des ministres, à l'Élysée, le coupable [Macron, ndlr] aura droit aussi à une explication de gravure de la part du président"

Libre à vous de croire qui vous voulez. 



À LIRE SUR LE LAB :

La prise de position anti-déchéance de Macron, en plein débat à l'Assemblée et juste avant le remaniement

Du rab sur le Lab

PlusPlus