Nadine Morano promet d’"y aller à la sulfateuse" contre François Fillon "car ils nous a pris pour des cons"

Publié à 20h49, le 25 avril 2017 , Modifié à 20h49, le 25 avril 2017

Nadine Morano promet d’"y aller à la sulfateuse" contre François Fillon "car ils nous a pris pour des cons"
© THOMAS SAMSON / AFP

L’ambiance était ostensiblement morose au QG de François Fillon dimanche 23 avril, après la défaite du candidat LR dès le premier tour de la présidentielle. Grand favori jusqu’aux révélations qui auront pollué sa campagne, l’ancien Premier ministre a été éliminé d’un scrutin jugé imperdable. Sauf en cas de cohabitation ou de coalition, la droite se prépare donc à un second mandat d’opposition consécutif.

Des voix de nombreuses écuries ont déjà commencé à s’élever, accusant François Fillon d’avoir fait perdre sa famille politique. Nadine Morano fait sans surprise partie de ces élus qui pestent sans discontinuer contre leur ancien champion. Citée par Le Canard Enchaîné daté du 26 avril, l’eurodéputée s’est exprimée dans un langage fleuri lundi devant ses amis :

 

Moi, je n’ai rien dit pendant des semaines, je me suis retenue. Mais là, je vais y aller à la sulfateuse contre Fillon, car il nous a pris pour des cons, avec sa bande d’illuminés. Une vraie honte, ce type ! Il a fait d’une élection imperdable une élection ingagnable.

 

Lorsqu’elle évoque la "bande d’illuminés", Nadine Morano fait référence, on l’imagine, à Sens commun. Ce mouvement issu de La Manif Pour Tous et rattaché à LR avait soutenu François Fillon lors de la primaire de la droite et du centre, en échange de quoi il avait évoqué leur possible entrée au gouvernement s’il était élu.

Notons que Nadine Morano n’a pas tardé à "y aller à la sulfateuse contre Fillon" en multipliant les passages médias depuis dimanche soir : France 3, franceinfo:, BFMTV, RTL ou encore RMC. À chaque fois pour répéter que la campagne avait été " un véritable gâchis" et que François Fillon portait "une responsabilité importante" dans cette défaite : "Ce ne sont pas nos idées qui ont perdu hier soir, c'est notre candidat qui a fait l'objet d'un rejet". Mais aussi pour reprocher au candidat défait de n’avoir pas parlé "au peuple".

Mi-février, Éric Woerth (qui n’a pas non plus tardé à sortir la sulfateuse contre François Fillon) avait conseillé à son poulain de désamorcer Nadine Morano qui pourrait "faire très mal" en s’exprimant dans les médias. Quelques semaines plus tard, l’ex-ministre s’était par exemple chargée de rappeler que François Fillon, lui-même mis en examen, ne voulait pas de ministre mis en examen dans son gouvernement.

Du rab sur le Lab

PlusPlus