Nadine Morano trouve sa famille politique "trop timorée" sur la question de l’islam

Publié à 12h49, le 08 août 2016 , Modifié à 12h49, le 08 août 2016

Nadine Morano trouve sa famille politique "trop timorée" sur la question de l’islam
© AFP

C’est le mois d’août et, comme chaque été, Nadine Morano profite de la faible actualité politique pour faire entendre sa voix. Après une polémique la semaine dernière autour de propos déformés sur l’"invasion arabo-musulmane", l’eurodéputée LR était invitée sur RTL ce lundi 8 août. Car elle "ne prend pas de vacances" (et tient à le souligner).

La candidate à la primaire, qui dit en être à "un peu plus" des deux-tiers de parrainages, s’est en toute logique exprimée sur son thème de prédilection : la question de l’islam, qu’il "faut absolument organiser dans notre pays". Une conviction qu’elle serait la seule à porter au sein d’une famille "trop timorée" sur cette question :

 

Ma famille politique doit tenir une ligne politique ferme sur ces dérapages qui sont meurtriers dans notre pays. Et je vous rappelle que dans les années 1990, ma famille politique avait bien plus de zèle qu’elle n’en a aujourd’hui s’agissant du développement des difficultés qu’on voit dans nos quartiers. Elle avait beaucoup plus de zèle. Aujourd’hui je la trouve trop timorée.

 

L’ex-secrétaire d’État à la Famille a ainsi souhaité que "le Premier ministre rende des comptes aux Français" en diffusant "les images de la fermeture des mosquées salafistes". Mais ce n’est pas tout : Nadine Morano a aussi "demandé à ce qu’il y ait dans chaque département une commission spéciale qui recense tous les imams" :

 

On ne sait pas où sont les imams, on ne sait pas s’ils sont en situation légale sur notre territoire, et on vient nous parler du financement des mosquées ? Mais c’est pas du tout le débat dans notre pays. Le débat, c’est comment on organise notre sécurité et comment est-ce qu’on fait pour arrêter cet islam radical qui se développe dans notre pays.

 

Nadine Morano a par ailleurs précisé qu’elle n’avait "rien à voir" avec le Front national, mais seulement en terme de "programme économique" - celui du FN étant jugé "d’extrême gauche" - et sur la "vision de l’Europe".



[BONUS TRACK]

L’eurodéputée a profité d’une question sur l’élection présidentielle américaine pour s’en prendre à François Hollande, qui est pour elle tout simplement le "Président le plus catastrophique de toute la Ve République". Elle a dit :

 

Je crois que nous les Français nous n’avons pas de leçon à donner aux Américains en ayant élu malheureusement le Président le plus catastrophique de toute la Ve République. Je pense que nous avons un conseil à leur donner, en revanche : faire attention, parce qu’une élection, ça a de lourdes conséquences pour notre pays, mais ça a de lourdes conséquences aussi de manière internationale. Et au regard de ce que j’entends, monsieur Trump ne me séduit pas beaucoup dans son discours. Je dois dire qu’il est un peu affolant.

 

Une différence supplémentaire, peut-être, avec Marine Le Pen : Nadine Morano ne soutiendra pas le candidat républicain Donald Trump. Mais ne dit pas non plus qu’elle voterait Hillary Clinton si elle était américaine.

Du rab sur le Lab

PlusPlus