Najat Vallaud-Belkacem prête à être candidate à la tête du PS si le poste est rémunéré (et qu’elle est tête de liste aux européennes)

Publié à 07h08, le 23 novembre 2017 , Modifié à 08h25, le 23 novembre 2017

Najat Vallaud-Belkacem prête à être candidate à la tête du PS si le poste est rémunéré (et qu’elle est tête de liste aux européennes)
Najat Vallaud-Belkacem. © AFP

Elle n’est plus ministre, n’a pas réussi à se faire élire députée en juin, subissant la débâcle socialiste, et cherche du taf, envisageant de lancer une maison d’édition tout en apprenant à conduire. Voilà pour l’actualité post-législatives de Najat Vallaud-Belkacem. Mais ce n’est pas tout. Car elle prépare la suite de sa carrière politique.

L’ancienne ministre de l’Education nationale de François Hollande lorgnerait sur le poste de Premier secrétaire du Parti socialiste, laissé vacant par la démission de Jean-Christophe Cambadélis et qui va être l’un des enjeux du prochain congrès du PS. Selon Le Figaro de ce jeudi 23 novembre, "NVB" est poussée en ce sens par le groupe des "quadras" du PS. Mais si la socialiste, qui n’a plus aucun mandat, est partante, l’ancienne porte-parole du gouvernement Ayrault aurait posé deux conditions, selon le quotidien :

Celle d’obtenir la tête de liste lors des prochaines élections européennes, et que le poste de Premier secrétaire soit rémunéré et non plus bénévole.

Deux conditions compréhensibles : être tête de liste en 2019 lui permettrait de retrouver un mandat et une rémunération pour diriger le PS lui offrirait le loisir de se consacrer pleinement à la lourde tâche de la refondation de la maison socialiste en pleine crise existentielle.

Mais le PS est exsangue financièrement. Ils n’ont plus une thune au point de devoir vendre le siège de la rue de Solférino et de mener un vaste plan social. "Je rappelle que le parti est en train de vivre un plan social, nous sommes dans l’impossibilité légale d’employer qui que ce soit pendant un an", persifle "un pilier de Solférino" dans les colonnes du Figaro.

Toutefois, Olivier Faure assure au quotidien que Najat Vallaud-Belkacem n’a pas eu d’exigences et qu’elle se donne encore le temps de la réflexion. Du temps, elle en dispose d'un peu plus depuis que le congrès, prévu initialement vers février, a été repoussé à début avril.

[Edit 8h25] Interrogé sur ces "conditions", Boris Vallaud, le mari de Najat Vallaud-Belkacem et député PS des Landes, assure que "les deux me paraissent fausses". "Elle est dans un moment de réflexion. Elle a aussi des projets personnels. Mais sa décision n’est pas prise", ajoute-t-il sur les intentions de NVB de briguer le poste de Premier secrétaire socialiste. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus