Najat Vallaud-Belkacem "regrette la parole légère et infondée" du pape sur la théorie du genre

Publié à 09h01, le 03 octobre 2016 , Modifié à 10h15, le 03 octobre 2016

Najat Vallaud-Belkacem "regrette la parole légère et infondée" du pape sur la théorie du genre
Najat Vallaud-Belkacem. © AFP

"Je suis pleine de respect à son endroit, c’est ça qui me peine à certains égards. Je n’imaginais pas qu’il pouvait se laisser entraîner un ami qui lui raconte de gros mensonges et qu’il se contenterait donc de répéter." Ce lundi 3 octobre, Najat Vallaud-Belkacem en veut beaucoup au pape François d’avoir accusé les manuels scolaires français de propager "la théorie du genre". Alors, malgré tout le respect qu’elle dit avoir pour le souverain pontife, la ministre de l’Education nationale tente de remettre les pendules matinales à l’heure.

Invitée de France Inter, "NVB" dit "regretter cette parole légère et infondée". Et de poursuivre, expliquant que le pape a été, en l’occurrence "victime" d’une "désinformation massive des intégristes" :

"

Il aura été lui aussi victime de la campagne de désinformation massive des intégristes, la Fondation Lejeune et d’autres. Je conseille au pape lors de ses prochains déplacements en France de venir à la rencontre d’enseignants et de feuilleter lui-même ces manuels scolaires.

"

Et d’ajouter :

"

C’est une campagne de désinformation conduite depuis des années. Les programmes, qui sont de ma responsabilité, y a-t-il écrit à un moment ou un autre que dans la vie l’égalité entre les femmes et les hommes signifie que l’on peut changer de sexe ? C’est ça que signifie "théorie du genre". La réponse est évidemment non. Ça me met très en colère, ce n’est pas un sujet de plaisanterie.

"

Parallèlement, sur Europe 1, Nathalie Kosciusko-Morizet a également répondu au pape sur la même tonalité, jugeant qu’il était "allé un peu vite en besogne". Interrogée sur les propos papaux, la candidate à la primaire de la droite a expliqué, mettant en avant son expérience empirique et personnelle :

"

D'après ce que je vois, le pape se base sur une anecdote qu'on lui a rapporté. Moi les manuels scolaires je les regarde de près. J'ai deux petits garçons qui ont onze et sept ans. Et je n'ai jamais rien trouvé qui ressemble à la théorie du genre. J'ai l'impression qu'il est allé un peu vite.

"

Nadine Morano, questionnée sur le même sujet ce lundi sur Franceinfo:, s’est également désolidarisée de cette critique du pape. "Sur cette question, je suis moins inquiète que le pape, mais je ne vois pas aussi à quel livre il fait référence", a ainsi expliqué l’eurodéputée LR.

Les manuels scolaires français propagent-ils un "sournois endoctrinement de la théorie du genre", comme l'a affirmé le pape François ? Car dimanche, le pontife argentin a raconté une anecdote rapportée par un père de famille français, effaré que son fils de 10 ans envisage de devenir une fille. Selon le pape, ce père de famille catholique a raconté s'être rendu compte que dans les livres des collèges, la 'théorie du genre' continuait à être enseignée.

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

> Qu’est-ce que la théorie du genre ? 

> Le pape accuse les manuels scolaires français de propager la "théorie du genre" 

Du rab sur le Lab

PlusPlus