Nathalie Kosciusko-Morizet répète qu’elle n’exclut pas d’être candidate à la primaire UMP pour 2017

Publié à 09h48, le 25 novembre 2014 , Modifié à 12h08, le 26 novembre 2014

Nathalie Kosciusko-Morizet répète qu’elle n’exclut pas d’être candidate à la primaire UMP pour 2017
NKM. © Maxppp.

BALLON D'ESSAI – Quel rôle joue exactement Nathalie Kosciusko-Morizet auprès de Nicolas Sarkozy, dont elle a été la porte-parole de la campagne présidentielle en 2012 ? Officiellement, aucun. Sauf que la députée UMP de l’Essonne postulerait, selon Libération de mardi 25 novembre, à un poste de numéro 2 de l’UMP version Nicolas Sarkozy.

En coulisses, celle qui dirige le groupe UMP au Conseil de Paris prépare la future organisation du parti. Mercredi 26 novembre, dans ce but, elle va rencontrer "plusieurs dizaines de parlementaires" à l’Assemblée nationale pour réfléchir au futur parti – en cas de victoire de Nicolas Sarkozy.

Pour la suite, NKM entretient le flou. Et ménage l’avenir. Ainsi a-t-elle répété, selon Libération, qu’elle pourrait être candidate à la primaire UMP en 2016 en vue de la présidentielle de 2017.

Sans exclure une candidature à la primaire de 2016.

Une posture qu’elle avait déjà affirmé lors d’un déjeuner avec des journalistes, début juillet 2014. Ce qui signifie qu’elle ne se place pas d’office comme un soutien de Nicolas Sarkozy en vue de la prochaine présidentielle. "On ne sait pas quelles lignes politiques seront présentées", confie-t-elle pour justifier cette prudence.

Toujours est-il que pour le moment, elle est utile à Nicolas Sarkozy dans sa volonté de battre Bruno Le Maire et Hervé Mariton pour succéder à Jean-François Copé. Ce que concède sans ambages un proche de l’ancien chef de l’Etat à Libération :

NKM ? Elle sert à vous empêcher d’enfermer Nicolas dans un personnage d’affreux réactionnaire.

Du rab sur le Lab

PlusPlus