Nicolas Dupont-Aignan "emmerde" tout simplement "Le Monde" et "Libération" qui ont pointé du doigt ses approximations

Publié à 09h57, le 04 octobre 2016 , Modifié à 09h57, le 04 octobre 2016

Nicolas Dupont-Aignan "emmerde" tout simplement "Le Monde" et "Libération" qui ont pointé du doigt ses approximations
Nicolas Dupont-Aignan © AFP

Grosse colère, ce mardi 4 octobre, de la part de Nicolas Dupont-Aignan. Le président de Debout la France n'a pas franchement apprécié de voir ses propos tenus sur Sud Radio, dimanche, fact-checkés par plusieurs médias et largement moqués sur les internets.

Mais de quoi était-il question ? De l'accueil des réfugiés syriens par les pays du Moyen-Orient. Le candidat à l'élection présidentielle se plaignait que, selon lui, "les pays voisins de la Syrie n'accueillent aucun migrant". C'est ainsi que le compte officiel de Nicolas Dupont-Aignan l'a rapporté sur Twitter :

Une remarque tout à fait inexacte puisqu'en 2015, la Turquie accueillait 2,5 millions de Syriens, le Liban 1 million, la Jordanie 600.000… selon les chiffres du Haut-commissariat aux réfugiés des Nations Unies. Nicolas Dupont-Aignan aurait-il dit n'importe quoi ? Pas tout à fait. Si le tweet provient bien du compte du député-maire d'Yerres, la phrase retranscrite est tronquée – et donc inexacte.  

C'est ce que martèle l'intéressé ce mardi 4 octobre sur RFI. "Si on écoutait l'interview à Sud Radio et pas un tweet, puisqu'aujourd'hui on nous demande à nous, hommes politiques, de nous exprimer en 140 caractères, et si on n'avait pas mis en exergue, par volonté de me nuire, un tweet où c'est vrai a sauté une parenthèse qui était 'Qatar et Arabie Saoudite'…", se défend NDA, dénonçant une "fausse polémique". L'élu en profite pour s'en prendre au Monde et à Libération au travers d'un langage tout à fait fleuri :  

"

On a transformé mes propos pour me faire passer pour un débile. Je m'en fiche complètement et je vais vous dire : ce qu'écrit 'Le Monde' ou 'Libération'… Plus ils écriront de méchancetés sur moi, mieux ce sera pour moi. Les Français ne les supportent plus et je les emmerde !

 

"

Mais pourquoi tant de haine ? Parce que Libération et Le Monde ont publié des articles dans lesquels ils démontent l'affirmation de Nicolas Dupont-Aignan. Ce dernier oublie juste de préciser que ces articles ne se contentent pas d'évoquer son tweet mais parlent également d'autres chiffres avancés par le candidat à la présidentielle sur Sud Radio. La rubrique Les Décodeurs du Monde a ainsi mis en lumière les erreurs de l'élu sur les chiffres avancés sur le terrorisme, sur le nombre de passeurs, et des imprécisions notamment sur la situation allemande, imprécisions répétées ce mardi sur RFI.

Le Monde et Libé sont visés mais notons qu'ils  ne sont pas les seuls médias à avoir fact-checké NDA : le JDD, LCI et le magazine Rolling Stone ont aussi pointé du doigt les approximations du député-maire d'Yerres. Avec un ton, il est vrai, pas toujours très amène... 

Quant à la phrase réellement prononcé par Nicolas Dupont-Aignan sur Sud Radio, dimanche, la voici : "La Hongrie a déjà accueilli beaucoup [de migrants] qui passent chez eux puisque le million de migrants qui est venu en Allemagne est passé par la Hongrie. Et je vais vous dire : c'est curieux, si c'est un chiffre aussi faible, pourquoi le Qatar et l'Arabie saoudite n'en veulent aucun, qui sont sur place ? Moi je voudrais qu'on m'explique pourquoi les États voisins du drame syrien… [le journaliste le coupe] …" À aucun moment, Nicolas Dupont-Aignan ne prononce donc la phrase qu'il a tweetée et qui lui a valu tant de remarques. Il avait commencé mais a été interrompu. On notera néanmoins, en fonction de ce qu'a dit NDA, que ni le Qatar ni l'Arabie Saoudite ne sont voisin de la Syrie... 

 

 

À LIRE AUSSI SUR LE LAB

>> Alain Juppé "emmerde" littéralement ceux qui le trouvent "conventionnel" et "chiant"

Du rab sur le Lab

PlusPlus