Nicolas Sarkozy remercie ses soutiens pour cette "campagne heureuse"

Publié à 17h54, le 23 novembre 2016 , Modifié à 18h36, le 23 novembre 2016

Nicolas Sarkozy remercie ses soutiens pour cette "campagne heureuse"
Nicolas Sarkozy © PASCAL GUYOT / AFP

Il y a eu quelques larmes. Il fallait bien ça pour dire au revoir à Nicolas Sarkozy, un au revoir qui contrairement à celui de 2012 pourrait bien être vraiment définitif et s'apparenterait donc à un adieu. Ce mercredi 23 novembre, le troisième homme de la primaire de la droite a réuni ses troupes une dernière fois pour un pot de l'amitié, rapporte L'Opinion.

L'ancien chef de l'État voulait, comme il l'a fait dimanche après les résultats de la primaire, saluer ses soutiens, François Baroin (qui ne sera donc pas Premier ministre),  Éric Ciotti (qui ne sera pas considéré comme un grand visionnaire), Gérald Darmanin, Laurent Wauquiez, Éric Woerth, etc. Nicolas Sarkozy les a chaudement remerciés, analysant à froid la campagne passée sous un œil plutôt bienveillant. Il a dit :

"

Je vous dois beaucoup. C’était une campagne heureuse, de conviction comme rarement j’en ai vécu. Je serai toujours là pour vous qui m’avez tant aidé. Je veux vous dire du fond du cœur merci.

 

"

Marianne rapporte d'autres propos tenus par l'ancien chef de l'État, des mots qui témoignent du même enthousiasme a posteriori. Il a dit : 

"

C’est la plus belle campagne que j’aie jamais faite. Je n’ai jamais été aussi heureux pendant une campagne. Cette fois-ci, je n’ai pas eu à changer mes discours parce que l’un ou l’autre n’était pas content.

 

"

Une "campagne heureuse", donc, au cours de laquelle Nicolas Sarkozy a pourtant multiplié les polémiques, là en parlant de "nos ancêtres les Gaulois", là de double ration de frites. Il y a aussi eu les attaques incessantes contre François Bayrou, les remarques contre "la bien-pensance" et "l'élite", la remise en cause de la responsabilité humaine dans le réchauffement climatique ou encore l'indignation face à une question de David Pujadas sur le financement supposé de sa campagne présidentielle de 2007 par la Libye. Cette liste n'est pas exhaustive.

Une "campagne heureuse" qui l'a mené à une cinglante troisième place de la primaire. 

"Heureuse", un mot que l'on a plutôt entendu du côté d'Alain Juppé durant la campagne avec son projet d"identité heureuse". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus