NKM se moque implicitement de Sarkozy qui "balayait la cour de la caserne" durant son service militaire

Publié à 22h36, le 03 novembre 2016 , Modifié à 22h36, le 03 novembre 2016

NKM se moque implicitement de Sarkozy qui "balayait la cour de la caserne" durant son service militaire
Nathalie Kosciusko-Morizet et Nicolas Sarkozy © Captures d'écran BFMTV

Son entourage avait prévenu : Nathalie Kosciusko-Morizet allait être offensive lors du deuxième débat de la primaire de la droite, organisé ce jeudi 3 novembre sur BFMTV et iTÉLÉ. L'ancienne ministre de l'Environnement a trouvé sa cible favorite : Nicolas Sarkozy. L'occasion lui est donnée d'attaquer – sans le citer – l'ancien chef de l'État lorsque le thème de la sécurité est abordée.

L'ex-président de la République veut rapprocher le régime des policiers de celui des gendarmes en matière de légitime défense. L'ancien Président souhaite notamment que les policiers puissent faire usage de leurs armes dès qu'ils estiment que leur vie est en danger – et donc plus seulement quand on leur tire dessus. Ce qui en passant est une grosse contre-vérité.  

Quelques minutes plus tard, c'est au tour de NKM d'être interrogée sur le sujet. Et elle commence en rappelant que, elle, connaît le sujet car, elle, elle a fait un vrai service militaire. Elle dit :

"

La légitime défense, pour les gendarmes, elle est régie par le code de la Défense. C'est le 23-5 si vous voulez être précis. Pardon mais moi j'ai fait un service militaire et je ne balayais pas la cour de la caserne donc j'ai dû l'apprendre par cœur.

 

"

Mais à quoi peut bien faire référence Nathalie Kosciusko-Morizet ? Eh bien au service militaire tel que l'a fait Nicolas Sarkozy. Dans le tome 2 de ses mémoires publié en 2011, Jacques Chirac parle celui qui lui a succédé à l'Élysée. Il le décrit surtout comme un planqué, comme l'avait rapporté à l'époque L'Obs.  

Nicolas Sarkozy effectue son service à Balard – ce qui lui permet de rentrer chez lui le soir et de poursuivre ses études de droit et de continuer à exercer ses fonctions de conseiller municipal de Neuilly. Après trois mois de classes, il est "muté à l'Etat-major au Groupe rapide d'intervention (GRI), qui s'occupe de la propreté de la base", écrivait L'Obs en se référant aux mémoires de Jacques Chirac.

C'est donc très vraisemblablement à cet épisode que fait référence NKM. Très subtilement. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus