Le gimmick préféré de Nicolas Sarkozy : surnommer François Hollande "moi, je"

Publié à 21h46, le 21 mai 2015 , Modifié à 07h35, le 22 mai 2015

Le gimmick préféré de Nicolas Sarkozy : surnommer François Hollande "moi, je"
"Moi, je", plus connu sous son vrai nom : François Hollande © ERIC FEFERBERG / AFP

P'TIT NOM - Depuis qu'il est officiellement revenu en politique le 19 septembre 2014, Nicolas Sarkozy fait étalage de tous ses talents d'orateur. Qui confinent parfois au stand-up. L'un après l'autre, ses meetings - et ses interventions dans les médias, dans une moindre mesure - sont l'occasion pour lui de développer l'une ou l'autre de ses punchlines, ses gimmicks (ici, ici ou ). Et, apparemment, il en tient un qu'il réutilise de plus de plus : surnommer François Hollande "Moi, je", en référence évidemment au "Moi président" de celui qui allait devenir son successeur à l'Élysée.

Nicolas Sarkozy y a encore une fois eu recours, à Rilleux-La-Pape jeudi 21 mai :

Un sobriquet utilisé de nouveau le 16 mai, lors d'un meeting montpelliérain, dans une attaque frontale envers François Hollande (et Jean-Christophe Cambadélis) :

"

'Moi, je', écoute bien : ça va aller mieux économiquement en 2017. Il y a un poids mort pour la France qui appartiendra au passé.

"

Un moyen pour lui de ridiculiser son potentiel adversaire en 2017 tout en évitant soigneusement de prononcer son nom.

Et selon des journalistes de iTélé et de BFMTV, l'expression date en réalité de la campagne pour les départementales de mars 2015 où Nicolas Sarkozy avait déjà attaqué François Hollande sous cet angle.

On ne sait en revanche pas si, comme cela lui "arrive parfois", il avait au préalable testé cette "blague" auprès des membres du bureau politique de l'UMP.

Edit 22 mai avec ajout des précisions des journalistes de iTélé et BFMTV.

Du rab sur le Lab

PlusPlus