On a essayé de deviner pour qui avait voté Nicola Sirkis d'Indochine à la présidentielle

Publié à 13h37, le 07 septembre 2017 , Modifié à 13h37, le 07 septembre 2017

On a essayé de deviner pour qui avait voté Nicola Sirkis d'Indochine à la présidentielle
Indochine © LIONEL BONAVENTURE / AFP

Ô mais pour qui a voté Nicola Sirkis à la présidentielle ? Telle est la question posée ce jeudi 7 septembre dans les couloirs d'Europe 1, à la table du Lab. L'auteur de ces lignes peut l'avouer : la perspective de se renseigner sur les intentions électrices du leader d'Indochine n'est pas, à première vue, enthousiasmante. 

Mais c'est comme ça.

Il fallait non pas demander à la lune –pardon- mais ouvrir Le Parisien du jour et parcourir en diagonale l'interview de Nicola Sirkis. Ce dernier est interrogé sur la chanson Un été français dans laquelle il s'oppose au FN. " Il y avait une vraie inquiétude quand je l'ai écrite, en mars. Fillon était encore dans la course. Macron, on ne savait pas trop", dit-il avant de se voir poser la question qui tue : "Vous avez voté ?" Et voici donc la réponse :

Oui. Mais c'est secret, non ? (Rires) Je vote toujours pour les perdants, moi, comme Ségolène Royal en 2007. En tout cas, je suis très content de voir un président qui est tombé amoureux de sa prof. Ça me touche.

 

Nous savons donc que Nicola Sirkis a voté. Nous savons aussi qu'il a opté pour un perdant – ou une perdante. Pour trouver qui a obtenu sa voix, il faut donc faire preuve de déduction.

Commençons par l'évident : si Nicola Sirkis "vote toujours pour les perdants", cela signifie qu'il n'a pas choisi Emmanuel Macron, celui-ci étant plutôt un winner lorsqu'il s'agit d'élection. Même constat pour Jean-Luc Mélenchon car, après tout, à 600.000 voix près, le leader de la France insoumise était au 2nd tour donc il n'a pas vraiment perdu et n'est donc pas vraiment un perdant.

Nicola Sirkis n'a, selon toute vraisemblance, pas voté non plus pour Marine Le Pen. Éliminons également François Fillon [voir plus haut] et Nicolas Dupont-Aignan.

Cela nous laisse quand même une belle brochette de perdants potentiels. Et puis nous est revenu cette phrase prononcée en juin dernier sur le plateau de Quotidien : "Ce monde-là commence à être pourri, on a voulu montrer notre façon de voir les choses".

Nicola Sirkis voudrait bien changer le monde et il vote pour les perdants ? Ouh tiens, ça nous rappelle quelqu'un. Indice chez vous : Nicolas Hulot a voté pour lui.

Alors on ne dit pas que Nicola Sirkis a voté pour Benoît Hamon au premier tour de la présidentielle car : 1) le vote est secret comme il le rappelle et 2) on n'en a aucune preuve.

Du coup on sèche. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus