Panama Papers : François Hollande se réjouit de "nouvelles rentrées fiscales" grâce aux révélations

Publié à 11h29, le 04 avril 2016 , Modifié à 11h33, le 04 avril 2016

Panama Papers : François Hollande se réjouit de "nouvelles rentrées fiscales" grâce aux révélations
François Hollande © ALAIN JOCARD / AFP

S'il en est un, dans la classe politique française, qui se réjouit des révélations "Panama Papers", c'est bien François Hollande. Imaginez : vous êtes à la tête d'un État qui a un tout petit peu de mal à réduire son déficit public et d'un coup, on vous apporte sur un plateau une liste de riches contribuables, dont des Français, ayant eu recours à des montages offshore pour dissimuler leurs actifs et donc payer moins d'impôts. Forcément, vous président de la République, vous voyez dans cette information une source non négligeable de nouvelles rentrées fiscales.

Ce lundi 4 avril, en marge d'un déplacement dans une entreprise de Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, François Hollande s'est donc félicité des révélations "Panama Papers". Après avoir remercié les lanceurs d'alerte à l'origine de ces révélations, le chef de l'État a déclaré :

"

Ces révélations sont une bonne nouvelle car ça va nous faire des nouvelles rentrées fiscales.

 

"

Combien ? Impossible, pour l'heure, de chiffrer ces "nouvelles rentrées fiscales". Une chose  est sûre, néanmoins,  a assuré François Hollande : "toutes les informations qui seront livrées donneront lieu à des enquêtes des services fiscaux et à des procédures judiciaires."

Des dizaines de personnalités, dont Michel Platini, Lionel Messi ou Vladimir Poutine,  sont épinglées par des révélations sur l'évasion fiscale suite à une fuite massive de documents.

Les "Panama Papers", obtenus par le journal allemand Süddeutsche Zeitung et traités par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), montrent comment une société permet aux riches de ce monde de placer leur argent dans la "finance offshore" (ce qui, selon les méthodes employées, n'est pas forcément illégal).

 

À LIRE SUR EUROPE1.FR

> "Panama Papers" : ce que l'on sait sur ce scandale mondial d'évasion fiscale

Du rab sur le Lab

PlusPlus