Pendant ce temps, Jean-Luc Bennhamias "en profite pour annoncer" sa candidature à la primaire PS

Publié à 18h23, le 02 juillet 2016 , Modifié à 18h27, le 02 juillet 2016

Pendant ce temps, Jean-Luc Bennhamias "en profite pour annoncer" sa candidature à la primaire PS
Jean-Luc Bennhamias en 2012 © BERTRAND LANGLOIS / AFP

COUCOU J'EXISTE - Il y aura bel et bien une primaire de la "gauche de gouvernement" en vue de 2017, et on commence à connaître quelques candidats, plus ou moins déclarés. Il y a d'abord François Hollande, qui devrait selon toute vraisemblance en passer par là pour tenter de se relégitimer, lui qui est au plus bas dans tous les sondages d'opinion et d'intentions de vote. Il y a aussi éventuellement les Marie-Noëlle Lienemann, Arnaud Montebourg et Gérard Filoche, à la gauche du parti. Il y a encore un écologiste dit "réformiste", puisque Emmanuelle Cosse, Barbara Pompili et François de Rugy lancent leur propre parti destiné, entre autres, à présenter un champion. Les Radicaux de gauche, en revanche, devraient finalement décliner.

Et puis il y a Jean-Luc Bennhamias.

L'écolo-centriste l'a annoncé comme ça, l'air de pas y toucher, lors de la première "assemblée nationale" de "La Belle Alliance Populaire" de Jean-Christophe Cambadélis, qui se tenait à Paris samedi 2 juillet. 

Ce qui a visiblement provoqué une faible réaction dans l'assistance :

Aujourd'hui président de son parti, le Front démocrate, Jean-Luc Benhammias est ancien eurodéputé, élu d'abord sous l'étiquette des Verts avant de passer au MoDem de François Bayrou. Dans l'entre-deux tours de la présidentielle 2012, il avait appelé à voter François Hollande et le soutient depuis. 

Il fait aujourd'hui partie de "la BAP", mouvement pro-Hollande. Mais entend visiblement faire entendre sa voix. Avant, n'en doutez pas, de se rallier au chef de l'État. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus