Pour Bruno Le Roux, un "vrai socialiste" est celui qui défend Emmanuel Macron

Publié à 10h17, le 23 septembre 2015 , Modifié à 13h42, le 23 septembre 2015

Pour Bruno Le Roux, un "vrai socialiste" est celui qui défend Emmanuel Macron
"Hommes de gauche" et "vrais socialistes", illustration. © Montage Le Lab via AFP

VRAI RECONNAÎT VRAI - Question existentielle, ce mercredi 23 septembre sur iTélé. Bruno Le Roux et son interlocuteur, le journaliste Bruce Toussaint, débattent en effet d'un sujet presque philosophique : les "vrais" et les "faux" socialistes. Avec comme élément central la question des "frondeurs" du PS. Des députés de la majorité que leur patron, Bruno Le Roux donc, a récemment renommés "les râleurs"

Ce qui a donné lieu au dialogue suivant, au cours du quel le président du groupe PS à l'Assemblée a affirmé qu'être un "vrai socialiste", c'était défendre... Emmanuel Macron, ministre de l'Économie qui cristallise un certain nombre de tensions internes à Solférino :

"

- Bruce Tousaint : On aurait pu leur donner un autre surnom, 'les vrais socialistes'...



- Bruno Le Roux : Pourquoi 'les vrais socialistes' ? Les 'faux socialistes', ce seraient ceux qui ont été majoritaires au dernier congrès du Parti socialiste ? Pour vous, quand il y a les militants qui votent et qui donnent une majorité à des socialistes, ce seraient les 'faux socialistes' ? Qu'est-ce qu'un 'vrai socialiste' ? Est-ce qu'un 'vrai socialiste', c'est celui qui souhaite la victoire de monsieur Varoufakis contre monsieur Tsipras ?



- Bruce Tousaint : Un 'vrai socialiste', c'est quelqu'un qui défend Emmanuel Macron ?



- Bruno Le Roux : Ah totalement. Et moi quand je défends Emmanuel Macron, quand je défends l'action qui est la sienne, quand j'écoute le discours qu'il a fait hier aux rencontres parlementaires que j'ai organisées, oui, il y avait un homme de gauche, très clairement à gauche, cherchant à concilier l'efficacité économique et le progrès social, cherchant à démonter ce qu'étaient les pesanteurs dans la société pour faire en sorte que l'émancipation puisse se faire quel que soit l'endroit d'où on vient, quel que soit le capital que l'on ait au départ de sa vie. Donc oui, j'ai entendu hier un vrai homme de gauche.

"

Voilà donc Bruno Le Roux expliquant qu'il est un "vrai socialiste" puisqu'il défend "l'homme de gauche" qu'est Emmanuel Macron et qu'il est dans la ligne majoritaire du parti. Une ligne incarnée par Jean-Christophe Cambadélis, le Premier secrétaire du PS, élu lors du congrès de Poitiers au mois de juin. Or, ce dernier considère qu'Emmanuel Macron n'est pas socialiste... À l'inverse, y aurait-il dans l'opposition tout plein de socialistes qui s'ignorent ? À en croire les offres d'emploi faites au ministre de l'Économie par l'UDI et Les Républicains après sa sortie sur le statut des fonctionnaires, le doute existe.

Nous voilà bien avancés.

Mais Bruno Le Roux, lui, ne voit aucun problème dans le fait que le ministre de l'Économie d'un gouvernement de gauche ne soit pas encarté à Solférino :

 

"

Pour moi, la question ne se pose pas. Au PS, nous sommes 120.000 adhérents, c'est qu'il y a plein d'hommes et de femmes de gauche qui n'y sont pas. Qu'Emmanuel vienne, oui, tant mieux. Mais en même temps, ce n'est pas ça qui me permettra de le qualifier de plus à gauche ou de moins à gauche.

"

Notez qu'à aucun moment il ne qualifie le ministre de "socialiste", "vrai" ou "faux" d'ailleurs...



À LIRE SUR LE LAB :

Pour François Patriat, sénateur PS et président de la région Bourgogne, "Macron est le seul ministre de gauche du gouvernement"

Jean-Christophe Cambadélis et Christian Paul affirment qu'Emmanuel Macron n'est pas socialiste

Du rab sur le Lab

PlusPlus