Pour Cambadélis, Hamon est "compatible avec Mélenchon et Macron"

Publié à 10h57, le 20 février 2017 , Modifié à 10h57, le 20 février 2017

Pour Cambadélis, Hamon est "compatible avec Mélenchon et Macron"
Jean-Christophe Cambadélis. © PHILIPPE HUGUEN / AFP

JEU DE DUPES - Le rassemblement à gauche pour la présidentielle semble aussi illusoire que de voir Donald Trump arrêter de tweeter. Du côté du PS et de Benoît Hamon, il est évident que l’unité doit se faire derrière le vainqueur de la primaire. Du côté de Jean-Luc Mélenchon, on estime que ce rassemblement doit se faire derrière le candidat de la France insoumise. L’impasse est en vue.

Ce lundi 20 février, Jean-Christophe Cambadélis a estimé qu’en cas d’échec d’un accord entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, ce sera aux électeurs de trancher. Sur France 2, le Premier secrétaire du PS a répété que seul son candidat était à même de qualifier la gauche pour le second tour de la présidentielle 2017, puisqu’il est le seul capable de faire le lien entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Le candidat central de la gauche, c’est donc Hamon, pour "Camba" qui assure :

Quand vous ne pouvez pas vous mettre d'accord au sommet, entre les appareils, il faut créer de la dynamique pour que ce soit les électeurs qui tranchent. Jean-Luc Mélenchon est engagé dans une dynamique, il n'avait pas prévu l'arrivée de Benoît Hamon et est gêné par cette nouvelle donne, d'autant que Benoît Hamon peut tout à fait être compatible avec Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron.

L’optimisme affiché de Jean-Christophe Cambadélis est à toute épreuve car la compatibilité entre l’ancien ministre de l’Economie et celui qui a porté les couleurs du Front de gauche en 2012 semble illusoire. Rapprocher les deux hommes s’apparente donc à un grand écart impossible pour Benoît Hamon. Mais Jean-Christophe Cambadélis y croit. Ou fait mine d’y croire.

Qualifiant de "minimes au regard de l'enjeu" les désaccords entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, le dirigeant socialiste a assuré que "les électeurs qui sont autour de Jean-Luc Mélenchon voient bien que l'efficacité commande de se rassembler autour de Benoît Hamon", estimant que la gauche "face à la droite ou face à l'extrême-droite" était, "dans les conditions actuelles", éliminée du second tour.

Dimanche, Jean-Luc Mélenchon a prévenu qu’il ne ralliera pas la candidature socialiste. "Je ne vais pas m’accrocher à un corbillard", a-t-il lancé.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Pour Alexis Bachelay, les électeurs qui ont choisi Mélenchon "par défaut", par manque "de candidat de gauche", vont rejoindre Hamon  

> On vous résume trois semaines de (tentatives de) discussions entre Benoît Hamon, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon  

> Benoît Hamon décrit un Jean-Luc Mélenchon "mielleux" et "sympa" au téléphone 

Du rab sur le Lab

PlusPlus