Pour défendre l'escapade de Valls à Berlin, Braillard invoque Bygmalion et les sondages de l’Elysée sous Sarkozy

Publié à 10h33, le 08 juin 2015 , Modifié à 10h52, le 08 juin 2015

Pour défendre l'escapade de Valls à Berlin, Braillard invoque Bygmalion et les sondages de l’Elysée sous Sarkozy
© THOMAS SAMSON / AFP

#FOOTPOLITIQUE - L’escapade de Manuel Valls, en plein congrès du PS, à Berlin pour la finale de la Ligue des champions a fait polémique. Surtout à droite. Le Premier ministre s’en est justifié, et tout le gouvernement a sa suite à expliquer qu’il n’y avait rien de choquant à ce qu’il aille en Allemagne assister à la rencontre aux côtés de Michel Platini, le président de l’UEFA, et d’Angela Merkel, la chancelière allemande.

C’est d’ailleurs le premier argument avancé ce lundi 8 juin par le secrétaire d’Etat aux Sports, Thierry Braillard. Sur France Info, le radical de gauche souligne ainsi l’invitation officielle de Michel Platini au Premier ministre français, ainsi que la présence de "personnalités". "Je ne suis pas du tout choqué par la présence du Premier ministre à ce match", insiste-t-il.

Face aux critiques de la droite, notamment de Les Républicains, Thierry Braillard contre-attaque en comparant ce voyage à deux affaires actuelles qui continuent de secouer Nicolas Sarkozy et l’ex-UMP : l’affaire des sondages de l’Elysée et l’affaire Bygmalion. Aussi trouve-t-il indécentes ces critiques de l’opposition :

"

Quand je vois que la droite se jette sur cette polémique, j’aimerais bien qu’ils mettent d’un côté le coût de cet avion, et de l’autre côté le coût des sondages que monsieur Sarkozy a demandé à l’Elysée pendant un an. Et ils verront que monsieur Valls peut quasiment faire des aller-retour tous les jours avec le montant qui a été dépensé avec l’argent du contribuable pour des sondages dont personne n’a vu la réalité.

"

Il poursuit :

"

Donc un peu de décence. Et puis quand on a l’affaire Bygmalion, on est encore plus décents et on ne va pas sur ce genre de polémiques.

"

[BONUS TRACK] Non, Thierry Braillard, ce n’est pas "le papa" de Manuel Valls qui a écrit l’hymne du Barça

Non, Manuel Valls n’est pas allé à Berlin en tant que supporteur du FC Barcelone, mais bel et bien en tant que chef du gouvernement, appuie Thierry Braillard. Il dit :

"

On sait que son papa a écrit l’hymne du Barça. Le but n’était pas d’aller supporter le Barça, le but c’était de représenter la France.

"

Sauf que Thierry Braillard se trompe. Ce n’est pas le "papa" de Manuel Valls qui a composé l’hymne du club catalan. C’est un cousin germain de son père, comme il l’expliquait au JDDrelayé par Rue89, parfait homonyme du Premier ministre, Manuel Valls, qui est à l’origine de la musique de l’hymne du champion d’Europe.

Le 27 mai, lors des questions au gouvernement, le député Christian Hutin avait cité les paroles de cet hymne, dans un clin d’œil au Premier ministre.

Voici l’hymne en question :


Du rab sur le Lab

PlusPlus