Pour Éric Ciotti, c'est encore de la faute du pouvoir si Nicolas Sarkozy est renvoyé en procès

Publié à 15h47, le 07 février 2017 , Modifié à 15h50, le 07 février 2017

Pour Éric Ciotti, c'est encore de la faute du pouvoir si Nicolas Sarkozy est renvoyé en procès
Éric Ciotti © Capture d'écran France 3

LES AUTRES –  Quelle indignité. Ce n'est franchement pas l'image qu'Éric Ciotti se fait de la séparation des pouvoirs. Invité de France 3, ce mardi 7 février, juste avant la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le député LR des Alpes-Maritimes évoque le renvoi en procès de Nicolas Sarkozy pour ses dépenses excessives de la campagne présidentielle de 2012, dans le cadre de l'affaire Bygmalion.

Pour Éric Ciotti, c'est exactement comme pour François Fillon : tout cela, c'est de la faute du pouvoir et des médias qui ne font rien qu'à s'en prendre à d'honnêtes Républicains. Bien qu'il assure souhaiter "que la justice ne se mêle pas de politique et que la politique ne se mêle pas de justice", le député LR passe donc plusieurs minutes à commenter une décision de justice à laquelle Nicolas Sarkozy a fait appel. Il dit :

"

Ceux qui sont à l'origine de toute cette agitation, depuis plusieurs mois, ont pour objectif que Les républicains soient privés tout simplement de pouvoir exprimer l'espérance de l'alternance. Le pouvoir en place utilise tous ses relais, qu'ils soient médiatiques, qu'ils soient politiques, pour déstabiliser aujourd'hui notre candidat, pour déstabiliser hier Nicolas Sarkozy.

 

"

Alors non, Éric Ciotti n'est pas du genre à balancer, comme ça, des accusations sans preuve. L'élu de PACA a évidemment des indices qui l'autorisent à proférer des telles allégations. Il remarque notamment que, comme par hasard, Envoyé Spécial a réalisé un reportage sur l'affaire Penelope Fillon alors qu'il avait déjà mis en boîte un documentaire sur Nicolas Sarkozy, diffusé en septembre 2016. Et ça, pour Éric Ciotti, c'est forcément la preuve qu'Envoyé Spécial lutte contre Les Républicains. Il poursuit :

"

L'émission 'Envoyé Spécial' qui avait organisé un numéro spécial contre Nicolas Sarkozy uniquement à charge, uniquement à charge contre François Fillon, avec l'argent du contribuable [un argument déjà utilisé dimanche: voir ici].

 

"

Les éléments se recoupent : Envoyé Spécial est la preuve que toutes les actions lancées contre François Fillon ou Nicolas Sarkozy sont diligentées par le pouvoir en place. "On voit bien que depuis des années, certains ont voulu utiliser le levier judiciaire, celui des affaires, pour discréditer l'opposition. Il y a manifestement les mêmes acteurs qui sont à la manœuvre", ajoute Éric Ciotti.

Une défense entendue depuis des jours, facile, aisée, et qui évite à tous les concernés de se prononcer sur le fond.

Malin. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus