Pour Florian Philippot, il faut que Jean-Marie Le Pen parte de lui-même. Sinon…

Publié à 08h42, le 09 avril 2015 , Modifié à 09h59, le 09 avril 2015

Pour Florian Philippot, il faut que Jean-Marie Le Pen parte de lui-même. Sinon…
Florian Philippot et Jaen-Marie Le Pen © PATRICK HERTZOG / AFP

Quoiqu'il arrive, ce 9 avril restera comme une date à part dans l'histoire du Front national. Un Bureau exécutif se tient ce jour, au siège du parti, à Nanterre. Et il sera question d'une seule chose : Jean-Marie Le Pen.

Le fondateur du parti se retrouve acculé, poussé vers la sortie par sa présidente de fille. Mais pas seulement. Invité de RMC ce jeudi 9 avril, Florian Philippot a expliqué pourquoi, selon lui, Jean-Marie Le Pen doit partir. La faute à sa dernière sortie polémique, celle de trop certainement, et cette interview accordée à la publication d'extrême droite Rivarol dans laquelle il défend le maréchal Pétain.

Trop c'est trop pour Florian Philippot qui ne voit que deux solutions mais une même finalité au problème. Il dit :

 

Soit il répond lui-même à cette question de l'appartenance [au parti] soit il se met en retrait, en retraite, il démissionne du mouvement. C'est peut-être ce qu'il y a de préférable. […] La solution préférable, c'est que de lui-même il parte parce qu'il s'est mis de lui-même en marginalité du mouvement.

Florian Philippot refuse cependant de dire si, en cas de refus de Jean-Marie Le Pen, le Bureau exécutif votera son exclusion. Mais bon, cette finalité semble plus que probable. "Aujourd'hui je ne me sens pas dans une communauté d'idées et de valeurs avec Jean-Marie Le Pen. Je ne le considère plus comme un camarade militant. Que les choses soient claires", assure le vice-président du FN.

Mais, officiellement, la situation ne ravit pas Florian Phillippot, quand bien même elle permettrait à Marine Le Pen de "montrer qu'elle est une femme d'État". Estimer que Jean-Marie Le Pen doit partir, le vice-président du FN le dit "la mort dans l'âme  parce qu'il a fondé le mouvement, parce qu'il l'a dirigé pendant 40 ans, parce qu'il a été visionnaire sur de grandes thématiques comme l'immigration par exemple".

Mais apparemment, ça ne suffit plus. 

[BONUS TRACK] Si on l'avait écouté...

On vient de le voir, Florian Philippot considère malgré tout que Jean-Marie Le Pen a été visionnaire sur de grandes thématiques. Et que la France n'en serait pas où elle aujourd’hui si on avait écouté le président du FN il y a 30 ans. Et le vice-président de prendre pour exemple... le piratage de TV5 Monde, dans la nuit de mercredi à jeudi, par des djihadistes. Il dit : 

 

On aurait mieux fait de l'écouter dans les années 80, on n'aurait pas les problèmes qu'on a aujourd'hui, on n'aurait pas une chaîne française qui a été piratée par des djihadistes cette nuit pendant 10 heures. C'est quand même inédit, ça.

Du rab sur le Lab

PlusPlus