Pour François Hollande, tous les Français ont une responsabilité face à la montée du FN

Publié à 09h28, le 19 octobre 2015 , Modifié à 09h40, le 19 octobre 2015

Pour François Hollande, tous les Français ont une responsabilité face à la montée du FN
© RTL

À quelques semaines des élections régionales, certains se demandent si le Front national arrivera à gagner une, voire plusieurs, régions. François Hollande aussi. Sur RTL ce lundi 19 octobre, le chef de l'État s'interroge sur un éventuel succès du parti de Marine Le Pen. Et cette perspective le rend très triste.

Pour autant, le président de la République ne pense pas être le seul responsable. En revanche, les Français eux, le sont. Il dit :

Je ne suis pas candidat aux élections régionales. Ce n'est pas mon rôle de dire ce que le pays a à faire mais il faut réfléchir aux conséquences. […] Ça aurait des conséquences, et je préfère les dire pour qu'il n'y ait pas de surprises, pour que chacun soit bien informé. On ne joue pas avec ce type de comportement ou de vote, simplement pour envoyer un avertissement parce qu'on n'est pas content, parce qu'il y a de la colère, parce qu'on veut s'en prendre à ceux qui ne nous ressemblent pas.

 

En résumé, le vote protestataire n'a pas lieu d'être, d'autant que François Hollande estime que sa politique produit des effets. "Je ne veux pas laisser penser qu'il n'y a pas de résultat. Il y a des résultats. Après, à chacun de juger", lance François Hollande. Il dit :

Chaque citoyen est responsable. Pour ce qui me concerne, en tous cas, je fais en sorte que la France puisse se regarder elle-même comme un grand pays et un grand pays comme la France ne se replie pas.

 

"Chaque citoyen est responsable" mais donc lui pas plus qu'un autre. "J'ai ma part de responsabilité. Chaque fois qu'il se passe quelque chose dans notre pays, j'ai toujours une part de responsabilité, donc je ne vais pas l'évacuer. Je suis président de la République", admet-t-il, tout en expliquant qu'il essaye de "régler" la "difficulté", en l'espèce le vote FN.  Il ajoute :

Je ne suis pas un spectateur commentateur. Je me bats.

 

Et, pour se battre, il explique en quoi voir le FN prendre la tête d'une ou plusieurs régions serait, de son point de vue, assez problématique.

"Ça aurait des conséquences, y compris dans les décisions que ces élus auraient à prendre, des discriminations, d'abandon d'un certain nombre de  politiques sociales ou de politiques à l'égard des familles en faisant des distinctions entre ces familles, explique le chef de l'État. Ça aurait des conséquences économiques, des grandes régions qui sont ouvertes vers l'extérieur qui d'un seul coup verraient un certain nombre d'activités économiques remises en cause." 

Du rab sur le Lab

PlusPlus