Pour Gérard Filoche (PS), si Marine Le Pen est élue, il y aura des "pogroms"

Publié à 11h32, le 28 avril 2017 , Modifié à 11h32, le 28 avril 2017

Pour Gérard Filoche (PS), si Marine Le Pen est élue, il y aura des "pogroms"
Gérard Filoche (PS) © ERIC CABANIS / AFP

Pour Gérard Filoche, rien n’est tabou pour parler de Marine Le Pen. Le membre du bureau national du PS était l’invité de RMC ce vendredi 28 avril et reste dans la ligne de son parti : faire coûte que coûte barrage au Front national… Le socialiste qui n’a pas réussi à se qualifier pour  la primaire de la BAP est connu pour ses outrances. Ce vendredi matin, tranquillement, Gérard Filoche va donc évoquer, comme d’autres, l’Allemagne nazie et Adolf Hitler. Il dit :

Le Pen est raciste, xénophobe, elle met le chômage sur le compte des immigrés alors que c’est dû aux banquiers et au patronat. On ne peut pas la laisser prendre le pouvoir. L’article 16 entre ses mains, ce serait épouvantable (l’article qui remet les pleins pouvoirs au chef de l’Etat en cas de menace sur les institutions, l'indépendance de la Nation, l'intégrité de son territoire, voir ici ndlr). Il y aurait des pogroms, il y aurait la guerre civile. (…) Si on vous dit 'essayez Le Pen', c'est comme 'essayez Hitler'. Y a un ticket aller, y a pas de ticket retour. On ne peut pas courir un risque comme ça.

Ce n’est pas pour autant que Gérard Filoche appelle avec joie à soutenir le candidat d’En Marche!. Celui qui "votera pour Emmanuel Macron" en "se pinçant le nez" le compare à un "poison" (et Marine Le Pen à un "pistolet"). Il l’accuse frontalement d’être responsable des "1,3 millions de chômeurs en plus" de ces cinq dernières années. Opposant de longue date  à l’ancien ministre de l’Économie, il avait, en 2015, lancé un site Internet appelant à sa démission.

Si Gérard Filoche appelle à voter contre Marine Le Pen, il ne peut s’empêcher de s’en prendre violemment à Emmanuel Macron. Jeudi 27 avril, il  a commenté sur Twitter les visites de Marine Le Pen et d’Emmanuel Macron sur le site Whirlpool d’Amiens. L’un de ses tweets, violent envers le candidat qu’il dit soutenir, a entre-temps été supprimé. En voici une capture d’écran :

C-ZlUhkWsAAL2BU.jpg large

Du rab sur le Lab

PlusPlus