Pour Jacques Attali, dans l'inconscient des médias français, il y a un intérêt "à ce que Marine Le Pen passe"

Publié à 07h40, le 28 avril 2017 , Modifié à 11h32, le 28 avril 2017

Pour Jacques Attali, dans l'inconscient des médias français, il y a un intérêt "à ce que Marine Le Pen passe"
Jacques Attali © AFP

Le Front national grimpe, Marine Le Pen est au second tour de l'élection présidentielle et contrairement à 2002, personne ne semble s'en émouvoir. Pire, selon Jacques Attali, les médias favorisent inconsciemment la candidate du FN à l'élection présidentielle. Cela semble étonnant lorsque l'on sait à quel point les relations entre journalistes et frontistes sont compliquées. Et pourtant, l'ancien conseiller de François Mitterrand, qui soutient aujourd'hui Emmanuel Macron, en est persuadé. Et l'exemple américain le conforte dans cette idée.

Interrogé par Le Point jeudi 27 avril, Jacques Attali lance :

 

Depuis que Trump est au pouvoir, la presse et les médias américains n'ont jamais aussi bien marché. Alors je crois que dans l'inconscient des médias français, même si c'est inavouable, il y a un peu de cela : ils auraient tellement intérêt à ce que Marine Le Pen passe...

Pour Jacques Attali, "Emmanuel Macron, en tête, est attaqué et médiatiquement malmené d'autant plus violemment qu'il est un homme raisonnable, dont le programme est sérieux". Le soi-disant candidat des médias, celui que Florian Philippot surnommait "Big Chouchou", serait donc dans le viseur des médias. 

Après le premier tour de l'élection présidentielle, le candidat d'En Marche a bien été critiqué pour la célébration de son succès dans la brasserie La Rotonde, puis pour son relatif silence médiatique. Attaqué, Emmanuel Macron a accusé les médias d’avoir "considéré que le FN était quelque chose de tout à fait normal". Il aura fallu la visite mouvementée à l'usine Whirlpool d'Amiens, mercredi, pour que l'ancien ministre semble repartir en campagne, avec l'objectif de s'imposer au second tour.

 

À LIRE AUSSI SUR LE LAB : 

"Monde d'avant", "qu'il se taise" : des très proches de Macron dézinguent Jacques Attali

Du rab sur le Lab

PlusPlus