Pour le secrétaire général d’En Marche, Fillon attaque Macron pour faire oublier ses affaires

Publié à 11h16, le 25 février 2017 , Modifié à 11h16, le 25 février 2017

Pour le secrétaire général d’En Marche, Fillon attaque Macron pour faire oublier ses affaires
Richard Ferrand, député PS et secrétaire général d'En marche. © AFP

Petit à petit, tout doucement, Emmanuel Macron distille ses propositions avant de dévoiler son véritable projet présidentiel début mars. Mais en cette fin de semaine, le candidat d’En Marche a esquissé les grandes lignes de son programme économique. En meeting vendredi à Maisons-Alfort après l'ouverture d'une information judiciaire sur les emplois présumés fictifs de sa famille, François Fillon a consacré une grande partie de son discours à dénoncer ses rivaux à la présidentielle, et notamment Emmanuel Macron accusé de "lâcheté électorale". Son programme ? "De la soupe tiède", a renchérit l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy.

Ce samedi 25 février, Richard Ferrand porte la contre-attaque contre le candidat issu de la primaire de la droite. Pour le secrétaire général d’En Marche, c’est bien simple, si François Fillon s’en prend autant à Emmanuel Macron, c’est pour faire diversion et tenter d’oublier ses affaires :

"

Pathétiques tentatives de diversion de Fillon, empêtré dans ses affaires, qui multiplie les attaques contre Emmanuel Macron.

"

Et d’expliquer pourquoi selon lui François Fillon est d'ores et déjà "disqualifié" :

"

Normal que Fillon s’énerve : il a déjà perdu tout crédit moral, toute stature présidentielle et toute crédibilité à l’étranger. Disqualifié.

"

Le ton monte alors que les deux hommes sont au coude-à-coude dans les sondages et se disputent, pour l’instant, la deuxième place du premier tour derrière Marine Le Pen pour le FN. Mais avec les affaires, François Fillon connaît un trou d’air et voit sa dynamique contrariée au profit de l’ancien ministre de l’Economie de François Hollande.

Qui plus est, vendredi, l'ouverture d'une information judiciaire pour "détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits, trafic d'influence et manquements aux obligations de déclaration à la Haute Autorité sur la transparence de la vie publique", a été annoncée quelques minutes avant la prise de parole de François Fillon. L'enquête a été confiée à des juges d'instruction.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> François Fillon voulait vraiment que François Bayrou soit candidat à la présidentielle : "présente-toi, j’en ai besoin" 

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

> Fillon, en meeting : "Nous allons traverser les tempêtes !"  

> Le ciel s'assombrit pour François Fillon  

> Affaire Fillon : une information judiciaire, et après ? 

Du rab sur le Lab

PlusPlus