Pour Najat Vallaud-Belkacem, un responsable politique a le même rôle qu'un "père de famille à l'égard de ses enfants"

Publié à 10h03, le 23 mai 2016 , Modifié à 10h38, le 23 mai 2016

Pour Najat Vallaud-Belkacem, un responsable politique a le même rôle qu'un "père de famille à l'égard de ses enfants"
Najat Vallaud-Belkacem © AFP

PATER RESPUBLICA - Sachez-le : les citoyens sont des petits enfants qui doivent être éduqués, guidés, et pourquoi pas nourris et lavés par les dirigeants politiques. On caricature franchement mais l'idée développée ce lundi 23 mai par Najat Vallaud-Belkacem est tout de même notable.

Invitée de France Culture / La Croix, la ministre de l'Éducation nationale a tenu à réagir à une chronique du journaliste Sébastien Le Fol. Celui-ci évoque la méthode Coué choisie par François Hollande, répétant à l'envi que "ça va mieux" en France. Une analyse à laquelle la numéro 4 du gouvernement veut apporter une précision.

Elle dit :

"

Pardon pour ce bon sens peut-être un peu trop classique pour certains mais je trouve qu'un responsable politique, et en particulier un responsable politique au sommet de l'État, qui préside aux destinées d'un pays, d'une certaine façon il a un peu un rôle équivalent à ce que peut avoir un père de famille ou une mère de famille à l'égard de ses enfants.

 

"

Najat Vallaud-Belkacem reconnaît volontiers que cette analyse ne va "peut-être pas plaire à tout le monde". Elle assume, admettant "une vision un peu paternaliste".

Puis elle ajoute :

"

Réfléchissez à la façon dont vous vous comportez avec vos enfants. N'est-il pas utile que de temps en temps, vous leur donniez confiance en eux-mêmes, vous leur disiez où on va et comment on y va ? Parce que vous, vous avez l'ensemble des informations utiles pour éclairer, justement, leur chemin.

 

"

Le problème, d'après la ministre de l'Éducation nationale, ce sont tous ces "inspecteurs des travaux finis", les journalistes mais pas seulement, qui passent leur temps à "tourner en ridicule les commentaires, les injonctions et les informations émises par ce père de famille".

On résume : ça va mieux en France et, en père de la Nation, François Hollande a raison de le marteler ainsi pour redonner confiance à ses concitoyens. Car eux-mêmes ne sauraient peut-être pas se rendre compte que les choses s'améliorent. Sauf que comme tout le monde commente - voire se moque - du paternalisme du Président, la tâche de ce dernier est compliquée.

Cela ne veut pas dire qu'il doit abandonner, au contraire. Après tout, que feraient les enfants citoyens sans leur papounet ? 

Du rab sur le Lab

PlusPlus