Pour Nicolas Bay, François Hollande n'était pas dans son "rôle" en se rendant au chevet de Théo

Publié à 10h37, le 11 février 2017 , Modifié à 11h28, le 11 février 2017

Pour Nicolas Bay, François Hollande n'était pas dans son "rôle" en se rendant au chevet de Théo
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP

C’est un geste qui a été presque unanimement salué par la classe politique, y compris par la droite, à l'exception de Michèle Alliot-Marie, qui a dénoncé "un coup de com". François Hollande s’était rendu, mardi 7 février, au chevet de Théo, hospitalisé après qu’un policier lui aurait "enfoncé volontairement" une matraque dans les fesses, lors d’une interpellation survenue le jeudi 2 février à Aulnay sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Le chef de l’Etat avait posté une photo de cette visite sur son compte Twitter.

 

Invité de franceinfo: ce samedi 11 février, le secrétaire général du FN Nicolas Bay a déploré cette visite de François Hollande et a indiqué que si Marine Le Pen était présidente, elle ne l’aurait pas fait. Il a expliqué :

 

"

Je ne suis pas sûr que le rôle du président de la République ce soit de se rendre au chevet de toutes les victimes car dans notre pays malheureusement il y en a des dizaines, des centaines par jour. En revanche, on peut avoir de la compassion pour ce jeune homme. Manifestement on n’avait rien de particulier à lui reprocher et il a subi des violences. Les premiers éléments de l’enquête de l’IGPN  (‘la police des polices’, ndlr) montrent qu’il n’y aurait pas eu de violence volontaire de la part des policiers mais il faut laisser l’enquête être menée à son terme.

"

Nicolas Bay était ensuite relancé par le journaliste pour savoir pourquoi ce ne serait pas le rôle du président de la République de se rendre au chevet d’une victime de violences particulièrement graves. Voilà la réponse du responsable frontiste :

 

"

Je ne dis pas qu’il ne faut pas qu’il le fasse mais c’est difficile de le faire sur la totalité des victimes. Donc il ne faut pas qu’il y ait des victimes qui bénéficient comme ça d’espèce de traitement de choix et pour d’autres ce n’est pas le cas.

"

L'argument de Nicolas Bay est curieux. Contrairement à ce que sous-entend le vice-président du FN, il n’est pas fréquent que, comme Théo, des personnes se voient diagnostiquer "une plaie longitudinale du canal anal de 10 centimètres" et se voient prescrire 60 jours d’incapacité totale de travail (ITT) à la suite d’une interpellation violente. Le responsable du FN semble donc visiblement banaliser les violences subies par le jeune homme. Il a d’ailleurs plutôt insisté sur les violences urbaines survenues ces derniers jours :

 

"

On a beaucoup de policiers blessés dans l’exercice de leur fonction en France, tous les jours il y en a. Le vrai problème, on le voit ces derniers jours, c’est que certains profitent de cette affaire-là pour faire des saccages, les racailles s’en donnent à coeur joie. On l’a vu encore la nuit dernière et ça c’est absolument inacceptable, ça nécessite une réponse d’une extrême fermeté. 

"

 

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus