Pour un cadre de LREM, "la discipline fait partie des passages obligés dans un mouvement"

Publié à 07h23, le 17 novembre 2017 , Modifié à 15h21, le 17 novembre 2017

Pour un cadre de LREM, "la discipline fait partie des passages obligés dans un mouvement"
Arnaud Leroy quand il était député PS. © AFP

Première grosse crise au sein de La République en marche. Un peu comme dans un parti de "l’ancien monde". Car le parti macroniste, qui doit *élire* ce samedi 18 novembre son nouveau patron en la personne de Christophe Castaner, seul et unique candidat, est critiqué en interne pour son manque de culture démocratique. Et pour le vote prévu à main levée pour l’élection de la nouvelle direction.

C’est pourquoi la liste "Avec Casta" doit finalement affronter trois autres listes dont une composée de huit parlementaires LREM. "Ils ont été surpris par notre liste, on est costaud quand même", se gargarise Olivier Damaison, député du Lot-et-Garonne, qui plaide pour un vote à bulletin secret.

Une requête que n’entend pas Arnaud Leroy, membre de la direction collégiale du parti, qui s’emporte dans les colonnes du Parisien de ce vendredi 17 novembre, à la veille du congrès de LREM :

Le parlement, ce n’est pas un congrès. On assume ses votes. La discipline fait partie des passages obligés dans un mouvement.

Pour ce membre de la direction du parti, ex-député socialiste, c’est donc un mélange de "circulez, y’a rien à voir" et de "taisez-vous" *finkielkrautien*. Une position qui fait très "ancien monde", comme se plaisent à critiquer droite et gauche réunies, alors que la majorité macroniste est régulièrement accusée d'être caporalisée et godillot.

"C’est dommage que ceux qui ont été élus grâce au mouvement ne le comprennent pas", poursuit Arnaud Leroy. Sous-entendu : il n'est pas compréhensible que des députés ne soient pas sur la liste *officielle* de Christophe Castaner, adoubée par Emmanuel Macron himself.

Il y a un an, Emmanuel Macron déclarait, comme le rappelle Quotidien, que "faire de la politique, ça n’est pas venir dans une salle voter une motion déjà décidée". C’est pourtant bien ainsi que devrait se dérouler l’élection de Christophe Castaner.

Alors, pour paraphraser une célèbre maxime de Jean-Pierre Chevènement, un marcheur, ça démissionne (ce qu’une centaine de marcheurs mécontents ont déjà fait) ou ça ferme sa gueule.

[Edit 15h20] Auprès du Lab, le député LREM Joachim Son-Forget, qui mène la liste la plus critique en vue du Congrès de LREM, explique qu'il n'apprécie guère ce genre de messages de la part d'Arnaud Leroy. "Au lieu de discipline, on préfère parler de loyauté", dit-il, vantant sa démarche à visée démocratique.

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

LREM : "Il faut laisser plus de place aux adhérents"

Du rab sur le Lab

PlusPlus