Pour Valérie Pécresse, Jean-Luc Mélenchon se comporte comme "les factieux d'extrême droite des années 30"

Publié à 12h50, le 24 septembre 2017 , Modifié à 13h46, le 24 septembre 2017

Pour Valérie Pécresse, Jean-Luc Mélenchon se comporte comme "les factieux d'extrême droite des années 30"
Valérie Pécresse © Capture d'écran France 3

Jean-Luc Mélenchon a surpris, voire choqué certains, samedi 23 septembre, en expliquant que la rue avait "abattu les nazis". Un raccourci historique que le leader de La France insoumise a lui-même nuancé sur son blog, expliquant qu'il n'avait évidemment pas comparé le gouvernement actuel au IIIe Reich. Il a également modifié son vocabulaire, discrètement, estimant que la rue a plutôt chassé qu'abattu les nazis

Invitée de Dimanche en politique ce 24 septembre, Valérie Pécresse dénonce "un scandaleux détournement de l'histoire" et "une scandaleuse réappropriation de l'histoire". "Ceux qui ont abattu les nazis, c'est les troupes alliées, en lien avec la résistance. Et ce n'est certainement pas monsieur Mélenchon et ses amis", dit-elle. De fait, personne n'a jamais soupçonné Jean-Luc Mélenchon d'avoir abattu les nazis mais passons. Valérie Pécresse est vraiment très en colère. Elle lance :

Je pense qu'aujourd'hui, Jean-Luc Mélenchon se comporte comme les factieux d'extrême droite des années 30. Il veut renverser la démocratie par la rue. Eh bien ce n'est pas rue qui gouverne dans ce pays.

 

Voilà qui devrait plaire à Emmanuel Macron qui, sur CNN, a déclaré que "la démocratie, ce n'est pas la rue". Et c'est précisément pour répondre à cette formule que Jean-Luc Mélenchon a développé son anaphore dans laquelle il explique que "la rue a abattu les nazis".

Pour rappel, puisque tout le monde fait dans la référence historique ce week-end, les ligues des années 30, ouvertement hostiles à la République, sont la traduction française du fascisme. Pas vraiment du niveau de La France insoumise, apparemment, donc. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus