Pourquoi le député LR Eric Ciotti a un peu "peur" d’Emmanuel Macron

Publié à 09h53, le 14 février 2017 , Modifié à 10h09, le 14 février 2017

Pourquoi le député LR Eric Ciotti a un peu "peur" d’Emmanuel Macron
Eric Ciotti face à Emmanuel "la menace" Macron. © Montage AFP
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

Plongée dans la tourmente du Penelope Gate depuis deux semaines, la droite cherche comme elle peut à parler d’autre chose que de son candidat. Et à ce petit jeu, le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti aime bien taper sur Emmanuel Macron. Mardi 14 février, l’ancien proche de Nicolas Sarkozy a notamment critiqué l’attitude "christique" du candidat d’En marche ! Et de s’en inquiéter sur LCP :

"

L’alternance, on en a plus que jamais besoin. Quand on voit ce que disait ce week-end Monsieur Macron, j’ai envie de dire ça fait peur. Pas de programme. Il revendique qu’un candidat à la présidentielle n’ait pas de programme. Donc il est élu sur quoi ? Il parle de magie, de mystique, quelque part, il dit qu’il est christique. Oui, ça fait peur. Ça fait peur. 

 

"

Eric Ciotti raille ainsi l’attitude d’Emmanuel Macron, en fin de meeting, le 10 décembre dernier Porte de Versailles. Il avait littéralement hurlé, implorant ses soutiens de le "suivre partout" avant de mettre les bras en croix. Deux mois plus tard, l’ancien ministre de l’Economie est revenu sur élan *un tout petit peu* disproportionné. "La dimension christique, je ne la renie pas ; je ne la revendique pas", a-t-il confié au JDD dimanche 12 février.

Eric Ciotti ne cible pas par hasard Emmanuel Macron. Selon les derniers sondages, le candidat d’En marche ! a dépassé François Fillon dans les intentions de vote au premier tour de l’élection présidentielle. Au tout début des révélations du Canard enchaîné sur Penelope Fillon, le député des Alpes-Maritimes s’était étonné que la justice n’ait pas "la même célérité" sur les frais de bouche de Macron.

Dans leur livre Dans l’enfer de Bercy, les journalistes Frédéric Says et Marion L'Hour écrivent qu’en 2016, "Emmanuel Macron a utilisé à lui seul 80% de l'enveloppe annuelle des frais de représentation accordée à son ministère par le Budget". "En seulement huit mois, jusqu'à sa démission en août", précisent-ils. "Aucun centime du budget du ministère de l’Economie […] n’a jamais été utilisé pour En Marche! Toute affirmation du contraire est purement et simplement diffamatoire", avait immédiatement balayé l’ex-patron de Bercy. 



[A LIRE AUSSI SUR LE LAB]

Emmanuel Macron ne "renie" ni ne "revendique" la dimension christique

> Ciotti s'étonne que la justice n'ait pas "la même célérité" sur les frais de bouche de Macron que sur Fillon

Du rab sur le Lab

PlusPlus