Pourquoi Marine Le Pen a annulé quatre déplacements en dix jours, article le plus lu de la semaine

Publié à 16h51, le 22 janvier 2017 , Modifié à 16h51, le 22 janvier 2017

Pourquoi Marine Le Pen a annulé quatre déplacements en dix jours, article le plus lu de la semaine
© Montage via AFP et DR

#TOPHEBDO – C'est dimanche et comme tous les dimanches, si vous n'êtes pas occupés à manger des crêpes, vous savez que c'est l'heure du Top Hebdo, à savoir le classement des articles les plus lus sur le Lab cette semaine. Et, une fois n'est pas coutume, c'est Marine Le Pen qui domine le classement avec son mois de janvier un tantinet compliqué d'un point de vue organisationnel. Mais ce n'est pas tout :

#1 Quand ça veut pas…

C’est une pré-campagne un tout petit peu compliquée pour Marine Le Pen, qui avait des "fourmis dans les pattes", comme elle le confie à Paris Match ce 20 janvier. Car si la campagne sera officiellement lancée le 4 février à Lyon, la candidate du Front national a déjà subi plusieurs échecs, selon les informations du service politique d'Europe 1.

Les "voyages privés" ne lui réussissent pas mieux. L'épisode de la Trump Tower a été au mieux incompris.

[À LIRE ICI

 

#2 Vous trouvez ça drôle ?

Après s’être fait enfariner par un opposant au 49.3, le 22 décembre dernier à Strasbourg, Manuel Valls a reçu une gifle lors d’un déplacement dans la petite ville de Lamballe (Côtes-d'Armor), mardi 17 janvier. Un acte condamné sans réserve par l'ensemble de la classe politique.

Mercredi 18 janvier, un auditeur de France Inter a profité de l'antenne pour revenir sur ce coup et passer un *petit* message à Manuel Valls :

 

Bonjour Manuel. Salut Manu. C’était pour te dire Manu, je ne sais pas si tu trouves ça normal ou pas… Moi, je pense que la claque, on était 66 millions à vouloir te la mettre, en fait. C’était juste trop bon, sans déconner.

[À LIRE ICI

 

#3 Ambiance scandale, danses de vandales

Deux fois de suite. C’est la deuxième fois que Rachida Dati, maire du 7e arrondissement de Paris, voit la deuxième circonscription de la capitale lui échapper. La première fois, en 2012, l’eurodéputée avait dû s’incliner face au parachutage du Sarthois François Fillon. La seconde, en 2017, c’est son ennemie jurée au sein de la droite parisienne, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui lui a piqué la circo avec l’adoubement de François Fillon.

Alors forcément, ce jeudi 19 janvier dans Le Parisien, l'ancienne ministre de la Justice pique un énorme coup de gueule et dénonce "un scandale".

[À LIRE ICI

 

#4 Le consultant

Emmanuel Macron, non seulement, rallie de plus en plus d’élus à sa campagne, mais consulte à tout va. Surtout parmi les "éléphants" du Parti socialiste. Mais il voit aussi Dominique Strauss-Kahn.

C’est ce qu’a révélé Paris Match dans ses coulisses de la campagne, lundi 16 janvier. "Les deux hommes se voient régulièrement", écrit l’hebdomadaire qui explique que le rapprochement entre les deux anciens ministres de l’Economie a été initié par Ismaël Emelien, ex-conseiller d’Emmanuel Macron à Bercy.

[À LIRE ICI

 

#5 "Tu es un vrai Premier ministre mais pas un Président"

Certains n'ont pas attendu la prise d'antenne pour balancer leurs punchlines. Ainsi Arnaud Montebourg s'en est-il pris frontalement à Manuel Valls dès l'étape des loges, avant le troisième et dernier débat entre les 7 candidats à la primaire de la Belle Alliance Populaire, jeudi 19 janvier. Croisant son ancien patron, l'ex-ministre du Redressement productif a eu ce petit mot fort peu sympathique à son endroit :

 

Tu es magnifique ! Un vrai Premier ministre ! Mais pas un Président.

[À LIRE ICI

Du rab sur le Lab

PlusPlus