Présidence par intérim : pas élu, Laurent Wauquiez ne pourra pas "avoir le monopole de la représentation" de LR, assure Éric Woerth

Publié à 07h48, le 19 août 2016 , Modifié à 16h09, le 20 août 2016

Présidence par intérim : pas élu, Laurent Wauquiez ne pourra pas "avoir le monopole de la représentation" de LR, assure Éric Woerth
© AFP

W vs. W - La fin d’un suspense insoutenable est proche. Le 25 août, Nicolas Sarkozy devrait annoncer sa candidature à la primaire de la droite à l’occasion d’un meeting à Châteaurenard (Bouches-du-Rhône) en présence de ses "amis". Mais une autre bataille se joue à la direction de LR : une fois que le patron du parti aura quitté la présidence, qui assurera l’intérim ? Laurent Wauquiez, le vice-président ? Éric Woerth, le secrétaire général ? Les deux ?

Les deux hommes se tirent la bourre depuis plusieurs mois déjà. À six jours de la sortie du bois de Nicolas Sarkozy, Éric Woerth se fend d’un petit rappel à l’ordre des statuts du parti. Dans un entretien à l’Est républicain du 19 août, le secrétaire général de LR répète que la présidence par intérim sera assurée par les membres (au pluriel) de la direction, et non par Laurent Wauquiez seul :

 

"

Personne ne peut avoir le monopole de la représentation du parti puisque personne n'a été élu. Il y a une équipe. Peu importe les numéros.

"

Le député de l’Oise souhaite donc la jouer collectif une fois que Nicolas Sarkozy aura démissionné de la présidence. Il s’appuie pour cela sur l’article 39 alinéa 2 des statuts qui prévoit qu’en cas de candidature du président de LR à la primaire, "la direction du mouvement est assurée, jusqu’à la primaire, par les autres membres de la direction."

Laurent Wauquiez, quant à lui, martèle que "c’est le vice-président qui est chargé d’assurer la suite". Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes fait référence à l’article 25 alinéa 5 des statuts de LR, qui prévoit que, "en cas d’empêchement" ou de "vacance de la présidence", "le président du mouvement est remplacé par le vice-président délégué".

Qui a raison ? Si Nicolas Sarkozy souhaite voir Laurent Wauquiez à la tête de LR pendant la campagne de la primaire, le président du Conseil national Luc Chatel est lui favorable à une codirection des deux "W", conformément aux statuts du parti.

C’est donc un second suspense qui prendra fin le 25 août : la composition de la présidence par intérim du parti, en plus de l’officialisation de la candidature de Nicolas Sarkozy.

Dans ce même entretien à l’Est républicain, Éric Woerth confirme qu’il soutiendra le patron de LR à la primaire. "Avoir été président de la République est une force. [...] L'avenir de notre pays se joue largement en dehors de nos frontières", développe l’ex-ministre du Travail.

Le député de l’Oise plaide par ailleurs pour que la primaire ne devienne pas une "bagarre de rue" : "Que la primaire dans un premier temps agite le débat est normal mais après il y a rassemblement", espère-t-il.

Du rab sur le Lab

PlusPlus