Présidentielle : Nicolas Dupont-Aignan annonce avoir "signé un accord de gouvernement" avec Marine Le Pen

Publié à 20h16, le 28 avril 2017 , Modifié à 20h44, le 28 avril 2017

Présidentielle : Nicolas Dupont-Aignan annonce avoir "signé un accord de gouvernement" avec Marine Le Pen
© Capture d'écran France 2

C’était dans les tuyaux, c’est désormais officiel : Nicolas Dupont-Aignan a appelé à voter pour Marine Le Pen au second tour de la présidentielle ce vendredi 28 avril. L’ex-candidat de Debout la France (DLF), qui avait réalisé 4,7% au premier tour, a annoncé, lors du JT de France 2, avoir "signé un accord de gouvernement" avec le Front national. Un coup de pouce dans la campagne d’entre-deux tours de Marine Le Pen, qui souhaitait s’allier avec des personnalités extérieures à son parti, dans une logique de "dédiabolisation". Il a déclaré :

 

"

Nous avons signé un accord de gouvernement avec une évolution de son programme, avec des éclaircissements, des infléchissements et même des ajouts de mon programme présidentiel. Car l'enjeu, c'est pas de me porter sur madame Le Pen. L'enjeu, c'est de sauver la France. [...] J'annonce officiellement que je soutiendrai Marine Le Pen, que je ferai campagne, même, avec elle sur un projet de gouvernement élargi. Et j'annonce aussi que nous avons [...] l'occasion de mettre fin à une cassure absurde entre les patriotes et les républicains.

"

"Madame Le Pen n'est pas d'extrême droite pour moi", a-t-il encore affirmé. "NDA" et Marine Le Pen devaient faire une déclaration commune ce samedi à 11 heures.

Le responsable souverainiste a longuement hésité avant de prendre cette décision. Dimanche 23 avril, il avait promis d’annoncer son choix "en début de semaine", après avoir réuni les instances de son parti, reportant donc finalement sa décision. Même si le projet porté par Nicolas Dupont-Aignan ressemble fortement à celui de Marine Le Pen sur une ligne souverainiste, les responsables de DLF étaient très divisés sur l’opportunité d’un soutien à la députée européenne frontiste. Les électeurs de Nicolas Dupont-Aignan étaient eux aussi partagés, selon un sondage OpinionWay dévoilé jeudi 27 avril : 45 % d’entre eux souhaitent voter pour Marine Le Pen, 31 % hésitent entre l’abstention, le vote blanc ou nul tandis que 24 % d’entre eux souhaitent voter Emmanuel Macron. 

Le FN avait multiplié les appels du pied à Dupont-Aignan ces dernières heures. Ce vendredi, sur Europe 1, le secrétaire général du parti Nicolas Bay avait jugé "probable" que le député et maire des Yerres se voit proposer un poste de ministre en cas de victoire. Le trésorier du FN Wallerand de Saint-Just avait même précisé qu’il n’était pas impossible que Nicolas Dupont-Aignan soit Premier ministre en cas d’élection de la responsable d’extrême droite. "Je pense qu’il en est capable […] et il y a un certain nombre de thèmes qui le font nous rejoindre, notamment sur l’indépendance et la souveraineté de la France", avait-t-il déclaré sur Public Sénat et Sud Radio.

Le 12 février, déjà, Marine Le Pen "lançait un signal" à Nicolas Dupont-Aignan mais aussi à Henri Guaino afin de l’aider à constituer une majorité présidentielle. "Je propose à tous les patriotes, à tous ceux qui ont la nation au cœur de nous rejoindre", déclarait-t-elle. Nicolas Dupont-Aignan fait partie d’une liste de 19 personnalités de droite "à soutenir" parce que "compatibles" circulant au sein du FN. Richard Trinquier, le maire LR de Wissous (Essonne) ayant parrainé Nicolas Dupont-Aignan, avait annoncé voter pour Marine Le Pen.



[EDIT 20h40] Démissions

Dans la foulée de cette annonce, Éric Anceau, historien et membre du Bureau national de Debout la France a annoncé renoncer à toutes ses fonctions au sein du parti :

Dominique Jamet, vice-président du parti, avait quant à lui prévenu Le Parisien qu'il démissionnerait en cas de soutien au Front national. Ce devrait être chose faite bientôt.

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus