Arnaud Montebourg sur 2017 : "Mon problème, c'est Mélenchon"

Publié à 19h01, le 30 septembre 2015 , Modifié à 19h28, le 30 septembre 2015

Arnaud Montebourg sur 2017 : "Mon problème, c'est Mélenchon"
© Le Lab via AFP

ESPACE POLITIQUE - Arnaud Montebourg est désormais un entrepreneur heureux qui vient de s'engager dans la start-up "New Wind" comme l'explique Les Échos ce 30 septembre. Mais si l'ancien ministre prétend ne plus s'intéresser à la politique, il continue d'entretenir des contacts, notamment avec Pouria Amirshahi, député PS frondeur.

Comme l'explique Les Échos, il a récemment déjeuné avec lui et lui aurait parlé de l'élection présidentielle de 2017. En pensant très fort à la possibilité de se présenter, même contre François Hollande. Une hypothèse qui contient un "problème" cependant :

 

"

Mon problème, c’est Mélenchon.

"

Réplique du député frondeur :

"

Ton problème c’est toi. N’est pas de Gaulle qui veut, t’as pas sauvé la France. Les éclats ou les moulinets ne suffisent pas. Une candidature à la présidentielle, ça se prépare.

"

Une conversation qui montre à quel point, malgré ses effets de communication, l'ancien candidat à la primaire PS songe à l'élection suprême dès 2017. Et sinon, cela pourrait être pour 2022 comme il l'expliquait déjà en tant que ministre.

Si Jean-Luc Mélenchon est un "problème" pour Arnaud Montebourg, c'est que l'espace politique à la gauche du PS devrait être accaparé par le candidat qui sera choisi par le Front de gauche pour le représenter. Si candidat commun il y a. À noter que les deux hommes ont accueilli Yanis Varoufakis dans leurs raouts de rentrée, respectivement en août et en septembre. Quant à la possibilité pour l'amateur de cartes postales de représenter la gauche de la gauche, Manuel Valls semble peu convaincu

Malgré tout, Pouria Amirshahi en est sûr : "S’il y a une petite fenêtre, il ne la loupera pas." Encore une sacrée mission pour Superman





À LIRE SUR LE LAB :

Jean-Christophe Cambadélis "tend la main" à Arnaud Montebourg, "pour la réussite du gouvernement Valls"

Yves Jégo et Arnaud Montebourg profondément choqués par le bulletin municipal de Béziers et par Robert Ménard

Hollande ironise sur la Fête de la Rose : "On a entendu parler de Varoufakis, pas de Frangy et de Montebourg"



À LIRE SUR EUROPE1.FR :

Ayrault : "Montebourg était totalement déloyal"

Du rab sur le Lab

PlusPlus