Primaire : ce vote du bureau politique de LR qui fâche tous les candidats sauf Nicolas Sarkozy

Publié à 10h34, le 04 mai 2016 , Modifié à 11h49, le 04 mai 2016

Primaire : ce vote du bureau politique de LR qui fâche tous les candidats sauf Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy © VALERY HACHE / AFP

Du remous chez Les Républicains. Mardi 3 mai, le bureau politique du parti présidé par Nicolas Sarkozy s'est penché sur les modalités de vote des Français de l'étranger pour la primaire de la droite. Longtemps, on a cru que les expatriés pourraient voter par voie électronique. Ce choix, inscrit dans le guide la primaire édité par la Haute autorité, devait être entériné par le BP. Mais mardi, la donne a changé : comme prévu au départ, les Français de l'étranger voteront à la primaire par voie papier.

Ce vote a été effectué mardi à l'initiative de Nicolas Sarkozy et "en l'absence de tous les autres candidats" à la primaire, assure au Lab un proche de Bruno Le Maire. Faux, rétorque-t-on du côté de l'ancien président. Au Lab, l'entourage de Nicolas Sarkozy assure que c'est Thierry Solère, aka monsieur primaire de la droite, qui a mis ce sujet à l'ordre du jour du bureau politique.

On ajoute :

 

"

Il y a eu une discussion et un consensus s'est dégagé en défaveur du changement de règles, le vote électronique n'ayant pas été validé par la charte de la primaire. Or, il constituait une rupture d'égalité par rapport aux électeurs de la métropole.

"

Pas sûr que cette explication convainque les autres candidats. Bruno Le Maire estime, ce mercredi matin sur France Info, que pour que la primaire se passe dans les meilleures conditions possibles, il faut que tout le monde puisse voter, "sans qu'il y ait des citoyens de premier ordre et des citoyens de second ordre".

Il ajoute :

"

Je veux que les Français de l'étranger puissent voter aussi facilement que les Français qui résident sur le territoire. Je propose personnellement que le vote se fasse par internet. Ça me paraît  beaucoup plus simple pour les Français de l'étranger. C'est une question de respect.

 

"

Du côté de chez Hervé Mariton, on est scandalisé : "C'est du grand n'importe quoi, le bureau politique de ce soir [mardi]. Qui va tenir le bureau de vote à Damas, Bagdad ou Kaboul ?", tonne-t-on.

Le bras droit d'Alain Juppé Gilles Boyer a fait savoir dès mardi soir que l'ancien Premier ministre défendait le vote électronique pour les Français de l'étranger "pour leur permettre de voter dans de bonnes conditions".

Cité par Le Monde ce mercredi 4 mai, le directeur de campagne du maire de Bordeaux se fait plus incisif : 

"

On avait fixé des règles, elles doivent s’appliquer. On ne peut pas accepter que d’un trait de plume, deux millions de Français soient privés de vote.

 

"

Le député des Français de l'étranger Thierry Mariani, qui soutient François Fillon pour la primaire, estime pour sa part que ce choix de recourir au vote papier revient à "exclure les expatriés de la primaire".

Frédéric Lefebvre annonce quant à lui, mercredi sur Facebook, son intention d'organiser lui-même le vote électronique si celui-ci est bel et bien refusé. Il écrit : 

 

"

On ne peut priver, de fait, de droit des votes les centaines de milliers de Français, sur les 1,3 million d'électeurs dans le monde entier , qui seront trop éloignés d'un bureau de vote. Ce serait un déni de démocratie



En conséquence, si le bureau politique devait persister dans cette erreur, j'organiserais, avec une société habilitée et sous la surveillance d'un huissier, la participation des Français par internet à ce rendez-vous démocratique, comme préalablement décidé par le comité d'organisation de la primaire.

"

La plupart absents du BP, les autres candidats à la primaire n'ont appris le vote que dans la soirée de mardi.

Mais pourquoi privilégier le vote papier Français de l'étranger ? Mardi, Nicolas Sarkozy a mis en avant l'égalité entre les votants. "Tu vois, je reviens de la Somme. Je ne vois pas au nom de quoi un mec de la Somme devrait faire 40 kilomètres pour aller voter, alors que pour un golden boy, ce serait aussi facile", a-t-il dit à Thierry Solère, rapporte L'Opinion.

On notera, au passage, que pour Nicolas Sarkozy, un Français vivant à l'étranger est forcément un golden boy. Mais passons. L'intérêt pour l'ancien président, en privilégiant le vote papier, est sans doute de démobiliser cette partie de l'électorat. "L’idée maintenant est de se battre pour augmenter le nombre des bureaux de vote à l’étranger", explique ainsi à L'Opinion un élu juppéiste. Le Monde ajoute qu'Alain Jupé et Bruno Le Maire vont saisir la Haute Autorité chargée d’organiser la primaire.

 

 

[EDIT 11h48] Ajout déclaration de Frédéric Lefebvre

Du rab sur le Lab

PlusPlus