"Pute", "fiotte", "pouffiasse" : quand le nouveau porte-parole de LREM insultait Copé, Le Pen, Juppé et une journaliste

Publié à 09h22, le 06 janvier 2018 , Modifié à 11h47, le 07 janvier 2018

"Pute", "fiotte", "pouffiasse" : quand le nouveau porte-parole de LREM insultait Copé, Le Pen, Juppé et une journaliste
Captures d'écran des tweets supprimés de Rayan Nezzar © Montage le Lab / Buzzfeed

#PASSIONARCHIVES - Rayan Nezzar a procédé comme tout politique accédant à de hautes responsabilités de nos jours : il a nettoyé son compte Twitter après sa nomination au poste de porte-parole de La République en marche. Mais il aurait dû s'y prendre plus tôt. Car internet n'oublie jamais rien, et en l'occurrence nos confrères de Buzzfeed non plus.

Le site d'info a publié, vendredi 5 janvier, plusieurs captures d'écran de vieux tweets insultants postés par Rayan Nezzar, à l'époque où il était étudiant à l'ENA. En 2012 et 2013, celui qui a été promu par le patron du parti présidentiel, Christophe Castaner, ce jeudi 4 janvier, traitait une journaliste de "poufiasse" et Marine Le Pen et Jean-François Copé de "pute[s]", invitant ce dernier à "niquer [sa] mère".

screenshot.11screenshot.12screenshot.13

Rayan Nezzar avait également employé le terme "poufiasse" en réponse à un tweet d'Aurore Bergé (aujourd'hui députée et porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée) citant Valérie Pécresse. Il avait aussi qualifié Alain Juppé de "fiotte" ou la journaliste et polémiste Caroline Fourest "d'épave" et jugé que Manuel Valls avait "zéro couille". Des captures d'écran que le Lab s'est procurées :

screenshot.15screenshot.14screenshot.26

 

screenshot.25

Et ce n'est pas terminé, puisque Rayan Nezzar s'en est également pris à Bruno Le Maire (devenu ministre de l'Économie depuis l'élection d'Emmanuel Macron), le qualifiant de "couille molle" ou de "guignol" sans "aucune cohérence" :

Voilà qui fait beaucoup pour un porte-parole du parti présidentiel...

Buzzfeed rapporte avoir contacté Rayan Nezzar, après quoi ce dernier a supprimé environ 5.000 de ses anciens tweets (sur plus de 50.000). L'intéressé s'est ensuite excusé vendredi soir, toujours sur Twitter, pour ses "propos irréfléchis [tenus] quand [il] était étudiant" : 

Contacté par le Lab, le nouveau porte-parole de LREM n'avait pas répondu à nos sollicitations au moment de la publication de cet article.

Sur le site de La République en marche, le jeune homme de 27 ans est présenté comme "spécialiste des questions économiques et sociales, [qui] enseigne l’économie à l’université Paris-Dauphine". Il est précisé qu'il a "participé en tant qu’expert à la préparation du programme d’Emmanuel Macron" puis "a poursuivi son engagement au sein de La République En Marche en multipliant les ateliers de formation et les réunions publiques au sein des comités locaux".

[Edit 9h50]

Parmi les responsables politiques à avoir réagi à ces informations, le trésorier du FN et conseiller régional d'Île-de-France Wallerand de Saint Just :

Le député FN du Nord Sébastien Chenu, proche de Marine Le Pen, a quant à lui relayé plusieurs messages indignés de jeunes frontistes :

screenshot.22

#

[EDIT 16h35]

Samedi après-midi, le député LREM François-Michel Lambert (habitué à prendre le contre-pied des positions officielles du parti) a demandé sur Twitter au patron de LREM, Christophe Castaner, de "revenir sur la nomination" de Rayan Nezzar, refusant d'"accepter d’avoir un tel porte-parole" :

Vous aurez noté que le très taquin élu des Bouches-du-Rhône en profite pour rappeler une autre polémique qui a récemment touché LREM : le poste de questeur de Thierry Solère, acquis de manière controversée lorsqu'il était encore à LR mais déjà Constructif, en ce qu'il avait privé l'opposition d'un poste stratégique qui lui était traditionnellement dévolu. François-Michel Lambert avait été parmi les premiers, au sein de la majorité, à demander la démission de Thierry Solère de ce poste après son ralliement à La République en marche. Ce que l'ancien "monsieur primaire" de la droite avait fini par accepter.

Du rab sur le Lab

PlusPlus