Quand François Hollande prévient qu'il "n'a pas annoncé son retrait de la vie politique"

Publié à 13h03, le 21 décembre 2016 , Modifié à 13h19, le 21 décembre 2016

Quand François Hollande prévient qu'il "n'a pas annoncé son retrait de la vie politique"
© THIERRY CHARLIER / AFP

Il ne faut jamais oublier François Hollande. Même quand le président de la République annonce qu’il ne briguera pas de second mandat, comme il l’a fait le 1er décembre depuis l’Elysée. Ce mercredi 21 décembre, Le Point livre les confidences du chef de l’Etat devant ses proches. Selon l’hebdomadaire, François Hollande n’a pas renoncé à la vie politique :

 

"

Vous aurez remarqué que je n’ai pas annoncé mon retrait de la vie politique.

"

On ne sait pas si l’ancien Premier secrétaire du PS, connu pour ses petites blagues, fait ces confidences sur le ton de l’humour. Une chose est sûre : François Hollande a bien pris la précaution de ne pas insulter l’avenir. Sans doute n’a-t-il pas oublié le précédent avec Nicolas Sarkozy : le 8 mars 2012, sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin, l'ancien chef de l'Etat avait annoncé qu'il arrêtait la politique s'il était battu. Avant de revenir deux ans plus tard.

A ses proches, qui lui rendent visite pour lui adresser une forme d’adieu, François Hollande va même encore plus loin. Il a en effet confié qu’il "regrette" d’avoir renoncé à se représenter à la présidentielle.En cause, semble-t-il,les quelques difficultés du candidat Manuel Valls rencontrées lors de son début de campagne à la primaire de la Belle Alliance Populaire (BAP). "Il pensait que son retrait permettrait à Manuel Valls de faire une percée. Or ce n’est pas le cas", a confié l’un de ces visiteurs du soir.

Il faudrait néanmoins des circonstances particulièrement favorables à François Hollande pour que le président de la République change d’avis, par exemple en février, et se présente finalement à la présidentielle en passant par un trou de souris. Même si la participation à la primaire de la BAP était très faible, que la campagne virait au pugilat entre les différents candidats et que les scores étaient très serrés au second tour, laissant un PS divisé, des scenarii à ce stade hypothétiques, il est très difficile d’imaginer un retour du chef de l’Etat pour la prochaine présidentielle ou même pour la suivante, en 2022.

D’autant plus que de nombreux responsables socialistes avaient "salué la décision digne et courageuse" de François Hollande, le 1er décembre, à l’image du ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus