Quand Gilbert Collard reconnaît prendre son intervieweur "pour un con"

Publié à 13h05, le 28 mars 2017 , Modifié à 13h08, le 28 mars 2017

Quand Gilbert Collard reconnaît prendre son intervieweur "pour un con"
Gilbert Collard. © PHILIPPE DESMAZES / AFP

Connaît-on plus grand troll, parmi nos représentants français, que Gilbert Collard, cet avocat qui est allé jusqu’à déposer une proposition de résolution pour interdire les poursuites à son encontre pour avoir diffusé des photos d’exécution de Daech ?

Celui qui commente inlassablement l’actualité avec des jeux de mots a décidé, ce mardi 28 mars, de ne pas répondre aux accusations concernant Christian Lambert – les auteurs du livre Bienvenue Place Beauvau affirment que le patron du RAID aurait proposé ses services au Front national par l’intermédiaire de Gilbert Collard. Du coup, le député RBM choisit de prendre son intervieweur "pour un con". Et de l’assumer. Voici l’échange qu’il a avec le journaliste de Radio classique :

 

- Journaliste : Est-ce que c’est vrai que vous avez joué les intermédiaires pour que Christian Lambert, le patron du RAID, entre au Front national ?



- Gilbert Collard : Quand je joue les intermédiaires, si cela m’arrive, je me garde bien de le dire.



- Journaliste : Non mais c’est intéressant parce qu’il y a justement un grand débat sur l’appareil d’État, aujourd’hui, qui est lancé par Les Républicains…



- Gilbert Collard : Non non non, alors attention…



- Journaliste : Non mais restons sur la première question, après on élargira le débat : est-ce que le patron du RAID est un membre du Front national ?



- Gilbert Collard : Je ne connais même pas ce monsieur, moi. Je n’en ai jamais entendu parler.



- Journaliste : Excusez-moi, mais…



- Gilbert Collard : Je vous prends pour un con, tout à fait.



- Journaliste : Vous me prenez pour un con ?



- Gilbert Collard : Oui oui, tout à fait.



- Journaliste : Donc vous le connaissez très bien ?



- Gilbert Collard : Pas du tout.



- Journaliste : Est-ce qu’il est membre du Front national ?



- Gilbert Collard : Pas du tout. [...] Je vous prends pour un con, je vous dis. [...] Si cela était [vrai], ce qui n’est pas le cas, est-ce que j’irais vous le dire ?



- Journaliste : Je vous pose la question.



- Gilbert Collard : Bah bravo, vous avez tout à fait le droit de me poser toutes les questions.

 

On ne saura donc pas si Gilbert Collard a bel et bien mis en relation Christian Lambert et le Front national. Tout juste admet-il que, si c’était le cas, il se "garde[rait] bien de le dire".

Interrogé ensuite sur la possibilité qu’il soit sur écoute, l’élu du Gard répond par l’affirmative. Il en apporte d’ailleurs la preuve sur l’antenne de Radio classique :

 

Moi, je suis sur écoute. Je le sais parce que mon téléphone, de temps en temps, se déclenche tout seul et me dit, c’est incroyable mais vrai : 'Répétez ce que vous venez de dire'. Bon. Je vois pas comment le téléphone pourrait se déclencher tout seul.

Le Lab voit bien comment expliquer ces déclenchements intempestifs : le système de reconnaissance vocal de son Smartphone, qui peut se déclencher lorsqu'on appuie sur le bouton central. Soit Gilbert Collard continue de prendre son interlocuteur "pour un con", soit il ne maîtrise pas très bien la technologie – une hypothèse pas totalement incongrue au vu de son dernier tweetfail.

Du rab sur le Lab

PlusPlus