Quand soudain, Estrosi salue "la dignité du geste" de Hollande qui privilégie "l'intérêt général du pays"

Publié à 21h06, le 01 décembre 2016 , Modifié à 21h06, le 01 décembre 2016

Quand soudain, Estrosi salue "la dignité du geste" de Hollande qui privilégie "l'intérêt général du pays"
Christian Estrosi © AFP

François Hollande a annoncé, ce jeudi 1er novembre, son choix de ne pas se présenter à l'élection présidentielle de 2017 et donc de briguer un second mandat. Les réactions se multiplient. À gauche, du moins chez ceux qui partagent les orientations politiques du chef de l'État, on salue une décision "digne et courageuse", comme l'a écrit le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault sur Twitter.

À droite, en revanche, on en profite pour dénoncer le bilan de l'actuel Président.

Et puis il y a Christian Estrosi.

Le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur a lui aussi salué la décision de François Hollande. Sans aucune ironie ni aucune animosité. Sur Twitter, l'élu LR a écrit :

 

"

François Hollande vient d’annoncer qu’il ne sera pas candidat. En adversaire résolu mais respectueux de sa fonction je veux saluer dignité du geste. Il est rare dans la vie politique de privilégier l'intérêt général du pays plutôt que son ego et ses sentiments personnels.

"

Des messages pour le moins amicaux de la part, pourtant, d'un des porte-flingues attitré de LR. Alors, pour ne pas faillir à sa réputation Christian Estrosi a tout de même ajouté deux autres messages, rappelant que la campagne présidentielle se poursuit même sans Manuel Valls. "Si cette décision de François Hollande ne manque pas de courage, elle ne manque pas non plus de lucidité. Comme de nombreux Français, après avoir regardé son bilan, le Président a estimé qu’il n’était pas envisageable de se succéder à lui-même", a-t-il écrit, avant d'ajouter :

 

"

Nous allons donc changer de Président. C’est désormais également de politique qu’il faut changer.

"

La campagne était déjà lancée mais a pris, ce jeudi soir, un nouveau tour. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus