Rachida Dati reproche à Fillon de "s'être mis entre les mains" d'une communicante qui conseille "émirs" et "industriels"

Publié à 12h13, le 20 janvier 2017 , Modifié à 12h52, le 20 janvier 2017

Rachida Dati reproche à Fillon de "s'être mis entre les mains" d'une communicante qui conseille "émirs" et "industriels"
Rachida Dati. © Capture d'écran franceinfo:

Si la classe politique nous abreuve chaque jour de trésors de langue de bois, il faut bien avouer que ce n’est pas toujours le cas avec Rachida Dati. En tout cas, quand cela concerne Nathalie Kosciusko-Morizet ou… François Fillon. Après avoir critiqué "le fait du prince de l’investiture de NKM dans la circonscription parisienne du candidat de la droite à la présidentielle et fustigé son programme Santé, la maire du 7e arrondissement de la capitale s’en prend à l’entourage de l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy.

Invitée à déterminer une qualité de François Fillon ce vendredi 20 janvier sur franceinfo:, Rachida Dati a réussi à faire de sa réponse une critique de l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy :

"

Sa qualité ? La constance. Il a les qualités de ses défauts et les défauts de ses qualités. Il ne faut pas que la constance confine à l’enfermement, à l’isolement. Parfois il me donne le sentiment qu’il a commencé un marathon tout seul et qu’il n’a déjà plus de souffle. Quand vous êtes amené à vouloir diriger ce grand pays qu’est la France, il faut ouvrir au maximum, rassembler au maximum. Il faut qu’il écoute les élus de terrains. Je fais plus confiance aux élus de terrain qu’à un entourage restreint.

"

La deuxième salve de sa critique concerne donc "l’entourage restreint" de François Fillon, et plus particulièrement la communicante Anne Méaux, intégrée à l’organigramme du candidat LR en charge de la communication.

"Il a un entourage qui n’est pas forcément de bon conseil", commence tout d’abord Rachida Dati, sans citer nommément celle dont l’agence de com’, Image 7, a géré la campagne de François Fillon - mais aussi la com' d'une certaine...Rachida Dati avant 2009. Et de lui reprocher un mélange des genres entre "les émirs" qu’elle conseille, les "grands groupes industriels" et donc François Fillon :

"

S’être mis entre les mains d’une directrice de com’ qui dirige une agence de communication privée... Elle est dans l’organigramme, elle est en charge de la communication. Je trouve que quelqu’un qui conseille des émirs, des fortunes privées ou des grands groupes industriels, dont Areva dont on paye aujourd’hui le naufrage, c’est pas forcément de bon conseil. La France ce n’est pas un produit. C’est pas Coca-Cola quoi. 

"

Amis de la punchline, bonjour.

Du rab sur le Lab

PlusPlus