Raffarin aux Affaires étrangères, de Castries à la Défense… Fillon imagine son futur gouvernement

Publié à 18h39, le 14 mars 2017 , Modifié à 18h39, le 14 mars 2017

Raffarin aux Affaires étrangères, de Castries à la Défense… Fillon imagine son futur gouvernement
François Fillon © AFP

Malgré la multiplication des affaires le concernant, François Fillon continue son petit bonhomme de chemin. L'ancien Premier ministre a été mis en examen ce mardi 14 mars pour "détournement de fonds publics, complicité et recel de détournement de fonds publics, complicité et recel d'abus de biens sociaux, et manquement aux obligations déclaratives à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique". Et alors ? Le candidat à l'élection présidentielle ne va pas renoncer pour si peu. Alors François Fillon poursuit sa route et imagine même son futur gouvernement, gouvernement qui, c'est un détail qui peut avoir son importance, n'existera donc que si François Fillon remporte l'élection présidentielle.

Dans Le Canard Enchaîné de ce mercredi 15 mars, on apprend que le candidat LR a déjà en tête plusieurs noms pour des postes précis, alors qu'il a précisé lundi ne pas pouvoir annoncer, comme promis, son gouvernement avant l'élection. Les départs de plusieurs cadres après l'annonce de sa convocation par les juges en vue de sa mise en examen, le 1er mars, ont scellé les destins ministériels de certains, comme Bruno Le Maire, promis il y a peu au Quai d'Orsay. Mais les temps ont changé.

Cité par l'hebdomadaire, François Fillon assure :

Il [Bruno Le Maire] est tricard. Grillé. Je mettrai Raffarin aux Affaires étrangères.

 

Et un poste régalien d'attribué, un. Un deuxième paraît déjà réservé, celui de ministre de la Défense. Et le grand gagnant est… *roulements de tambour*… Henri de Castries, ami de François Fillon et ancien PDG d'Axa. Toujours cité par Le Canard, François Fillon a expliqué à ses proches :

Je la [Nathalie Kosciusko-Morizet] nommerai quelque part mais pas à la Défense. La Défense, c'est pour Henri de Castries.

 

Et voilà. Mine de rien, François Fillon a déjà trois ministres en tête pour un gouvernementqui, l'a-t-il promis, n'en comptera que 15. D'anciens proches du candidat LR ne devraient pas figurer dans cette équipe gouvernementale, comme Thierry Solère, ex-porte-parole qui a claqué la porte avant de réaffirmer son soutien au candidat. "Un salopard qui est même allé au 20 heures pour essayer de m'achever", juge François Fillon.

Deux autres personnes ont visiblement perdu leurs chances de devenir ministre : Gérard Larcher et Bernard Accoyer qui ont tous deux poussé le candidat LR à abandonner…

Du rab sur le Lab

PlusPlus