Rayan Nezzar : la très grande bienveillance de Muriel Pénicaud envers le porte-parole de LREM et ses vieux tweets injurieux envers politiques et journalistes

Publié à 11h21, le 07 janvier 2018 , Modifié à 15h31, le 12 janvier 2018

Rayan Nezzar : la très grande bienveillance de Muriel Pénicaud envers le porte-parole de LREM et ses vieux tweets injurieux envers politiques et journalistes
Muriel Pénicaud, dimanche 7 janvier 2018 © Montage le Lab

IL FAUT BIEN QUE JEUNESSE SE FASSE - "Pute", "fiotte", "pouffiasse", "couille molle"... Toutes ces insultes ont été proférées par Rayan Nezzar il y a quatre ou cinq ans sur Twitter et s'adressaient pêle-mêle à Marine Le Pen, Alain Juppé, Jean-François Copé, Bruno Le Maire ou des journalistes. Des *commentaires* plutôt courants sur les réseaux sociaux. Sauf qu'en l'occurrence, leur auteur vient d'être nommé porte-parole de La République en marche par le délégué général du parti présidentiel, Christophe Castaner.

Oups.

Peu (sinon aucun) de cadres de la majorité et du gouvernement se sont exprimés depuis la publication, d'abord par Buzzfeed vendredi 5 janvier, des captures d'écran de ces innombrables tweets injurieux. Invitée du Grand Rendez-vous Europe 1 / CNEWS / Les Échos ce dimanche, Muriel Pénicaud ne peut cependant pas échapper à une question sur le sujet. Et si elle critique le manque de recul qui peut conduire certains "jeunes" à se comporter de la sorte sur internet, la ministre du Travail ne condamne pas expressément Rayan Nezzar et s'avère très bienveillante avec lui, évoquant notamment sa jeunesse à l'époque. Elle dit :

- Journaliste : Est-ce qu'on peut rester porte-parole d'En Marche quand on s'est adonné à de telles insultes ?



- Muriel Pénicaud : Là vous permettrez, avec mes quelques années [d'expérience], de dire... Bon, je pense que beaucoup de jeunes qui ont 18 ans ou 15 ans aujourd'hui, ils croient qu'ils sont dans une culture de l'immédiateté et quand ils chattent ou quand ils font un tweet, ils croient que c'est pour tout de suite et que ça a pas beaucoup de valeur. Ils savent pas que... Je vais vous dire : les discussions au bistrot, dans les universités ou les manifestations, c'était pas forcément mieux...



- Journaliste : Vous l'excusez, quoi.



- Muriel Pénicaud : Euh... Quand on a 18 ans et qu'on dit en gros des bêtises, qu'après on en prend conscience, qu'on s'excuse, qu'on répare et qu'on le fait plus... Je pense que voilà... Si toute la classe politique qui a jamais dit une bêtise quand elle avait 18 ans, on l'éliminait [sic], je pense qu'on manquerait quand même de politiques hein.

Une séquence à revoir en vidéo :



Certes, Rayan Nezzar a depuis présenté des excuses pour ce qu'il a qualifié de "propos irréfléchis" qui "ont pu choquer". Mais contrairement à ce que laisse entendre la ministre du Travail, il n'était pas simplement un internaute de "18 ou 15 ans" au moment de ces tweets, mais un étudiant de Sciences po âgé de 22 ans. Et voici un tout petit aperçu de sa production d'alors :

nezzar

Depuis, il est devenu professeur d'économie à Paris Dauphine et a participé à la campagne d'Emmanuel Macron avant, donc, d'être nommé porte-parole de LREM. Et le silence de la macronie depuis que ces messages d'insulte ont été déterrés, uniquement interrompu par cette sortie très compréhensive de Muriel Pénicaud, semble signifier qu'il ne sera pas débarqué de ce nouveau poste. Voilà qui déplaira sans doute à certains et notamment à François-Michel Lambert, député LREM qui avait interpellé Christophe Castaner en lui demandant de "revenir sur la nomination" de Rayan Nezzar, refusant d'"accepter d’avoir un tel porte-parole".



À LIRE SUR LE LAB :

"Pute", "fiotte", "pouffiasse" : quand le nouveau porte-parole de LREM insultait Copé, Le Pen, Juppé et une journaliste

Du rab sur le Lab

PlusPlus