Remaniement : ces votes contre le gouvernement qu’Olivier Dussopt va regretter maintenant qu’il est secrétaire d'Etat

Publié à 19h14, le 24 novembre 2017 , Modifié à 10h08, le 25 novembre 2017

Remaniement : ces votes contre le gouvernement qu’Olivier Dussopt va regretter maintenant qu’il est secrétaire d'Etat
Olivier Dussopt. © LUDOVIC MARIN / AFP

Député PS, réélu une troisième fois dans l’Ardèche en juin, Olivier Dussopt a connu une trajectoire politique sinueuse, débutant aux côtés de Martine Aubry avant de rallier Manuel Valls et d’intégrer, ce vendredi 24 novembre, le gouvernement d’Edouard Philippe, devenant plus que Macron-compatible. Il a été nommé secrétaire d'Etat chargé de la Fonction publique.

Mais, comme souvent, les archives sont cruelles. Notamment les archives des votes du socialiste depuis l’élection présidentielle d’Emmanuel Macron et de l’installation d’une large majorité LREM à l’Assemblée. Tout a commencé le 4 juillet avec le vote de confiance suite à la déclaration de politique générale du Premier ministre. Et là, alors que trois socialistes ont voté la confiance au premier gouvernement du quinquennat Macron, Olivier Dussopt s’est abstenu.

Mais quid du vote du budget, marqueur de l’appartenance des parlementaires à la majorité ? Eh bah oui, Olivier Dussopt a voté contre. Lors du vote solennel du 21 novembre sur l’ensemble du projet de loi de finances pour 2018, le député du groupe Nouvelle Gauche a voté contre, se plaçant de fait dans l’opposition. Il avait également voté contre le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 après en avoir fait de même sur la première partie du projet de loi de finances.

Autre texte marquant et marqueur de ce début de quinquennat, le texte sur les ordonnances sur la loi Travail. Et là encore, Olivier Dussopt s’est inscrit dans l’opposition, votant contre cette réforme fondamentale d’Emmanuel Macron.

Cependant, ces votes sont légèrement nuancés par les tweets plutôt bienveillants envers Emmanuel Macron depuis son élection à l’Elysée. Dès le 7 mai, il écrivait :

Le nouveau Président Emmanuel Macron doit pouvoir compter sur une majorité solide, au travail, pour un quinquennat réussi.

Fin août, il se fendait d’un petit thread pour expliquer que le dépassement du clivage droite-gauche n’était pas si mal.



[BONUS TRACK] "Connard"

Ne jamais traiter un ministre de "connard" au cas où ce dernier deviendrait Président. Mais cela n’a visiblement pas condamné Olivier Dussopt. La scène remonte à septembre 2014, quand Emmanuel Macron avait qualifié d'"illettrées" les ouvrières de Gad avant de s’excuser. Député de la majorité PS, Olivier Dussopt avait interpellé Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie, dans les couloirs de l’Assemblée pour lui dire tout le mal qu’il avait pensé de cette sortie :

 

Je me nomme Olivier Dussopt, je suis député de l'Ardèche. Ma mère est ouvrière, n'a pas de diplôme et a été licenciée à deux reprises. Vous l'avez insultée, ce matin sur Europe 1.

Une fois les présentations faites, le parlementaire avait vivement attaqué le patron de Bercy. Il lui avait notamment reproché d'avoir eu un comportement de "connard" et d'avoir fait preuve de "mépris", racontait Le Canard Enchaîné. Contacté par le Lab, Olivier Dussopt avait alors confirmé la teneur des propos qui lui étaient prêtés.

Du rab sur le Lab

PlusPlus